Systèmes d’exploitation Google : après Android et Google Chrome OS, bientôt Fuchsia OS

Capture d’écran de l’interface du futur système d’exploitation de Google, Fuchsia OS.

Conçu pour être utilisé sur plusieurs appareils, le prochain système d’exploitation de Google reste un mystère qui sans doute réservera de nombreuses surprises.

Le géant de la technologie communique très peu sur sa future sortie. Il atteste tout de même que Fuchsia OS ne fera pas disparaître Chrome OS et Android, qui ont eu un grand succès sur différents supports.

Plus de Linux

Depuis mai 2016, des informations font état de la mise au point d’un nouveau système d’exploitation par Google. Troisième du genre, après Google Chrome OS et Android, Fuchsia OS, lui, n’est pas développé sur le noyau Linux, comme le sont les deux premiers. Le concepteur a opté cette fois pour un noyau fait maison, baptisé Magenta.

Selon certaines sources, le nouveau système d’exploitation, pensé pour des  appareils modernes, n’intègre ni Java, ni GPL ; mais utilise le langage graphique Material Design. Aussi, un outil nommé Flutter permet la conception d’applications capable de s’adapter à Android et iOS.

Il est déjà possible de voir l’interface utilisateur de Fuchsia OS. Elle allie simplicité et fluidité.

Fuchsia supportera Swift

Des informations récemment révélées par des employés de Google mentionnent que de plusieurs ingénieurs travaillent présentement sur Swift, dans l’optique que Fuchsia OS puisse supporter un maximum de langages de programmation, parmi lesquels Swift. Ce dernier est utilisé pour le codage des applications sur macOS, iOS, watchOS et tvOS. Cela signifierait que le nouveau système d’exploitation soit ouvert au type d’applications développées par Apple.

Pour l’heure, même si tout n’est pas encore connu à propos de toutes les potentialités et de la date de sortie de Fuchsia OS, tout laisse à croire que le futur système d’exploitation cassera les codes. Déjà, avec ses nombreuses ouvertures aux différents langages de programmation, il laisse le champ libre aux développeurs et permet plus de partage entre des systèmes qui, longtemps, ont été fermés chacun des leurs côtés.

 

Natural Cycles x Kindara: la révolution numérique des méthodes contraceptives

En termes de contraception, le moment est post-pilule: connaître les applications mobiles qui optimisent la méthode symptothermique avec des plateformes interactives

Crédits photo: Reproduction / Kindara

Jugée aussi efficace que la pilule contraceptive, l’application Natural Cycles est le premier outil numérique à obtenir la certification de l’Union européenne qui le classifie comme une méthode de contraception. Après l’attention des médias et le succès constaté — il y a déjà plus de 500 000 abonnements à Natural Cycles dans 161 pays différents depuis l’année dernière —, l’entreprise a annoncé avoir obtenu plus de 36 millions de dollars en investissements en 2017.

L’application est basée sur la méthode symptothermique, qui utilise les signes de fertilité, comme les températures corporelles, pour calculer la période fertile. Mais elle n’est pas l’unique ni la première application à offrir ce type de service : depuis le succès de Natural Cycles, l’appli Kindara, sorti en 2011, a lancé son nouveau mis en forme pour essayer de se mettre en compétition. Découvrez les deux applications : Lire la suite

Le « swipe » de La Matinale

En 2015 le journal Le Mode a lancé sa nouvelle application mobile intitulée « La Matinale »,  soit la troisième application mobile du quotidien national. Quelques mois à peine après son lancement, elle enregistrait déjà 300,000 téléchargements. Comment expliquer ce succès? La principale innovation de cette application réside dans son design et dans son principe de fonctionnement. Quels impacts sur les modes de consommation et sur les usages vis-à-vis de l’information?

Écran d’accueil de La Matinale – Capture d’écran

En 2015 le journal Le Mode a lancé sa nouvelle application mobile intitulée « La Matinale »,  soit la troisième application mobile du quotidien national. En effet, ce dernier avait déjà lancé son application « Journal Le Monde »,suivie peu après de  « Le Monde, l’info en continu ». Alors que la première a été créée pour permettre aux utilisateurs de retrouver sur mobile les mêmes contenus du journal papier ainsi que des suppléments hebdomadaires et mensuels, la deuxième leur donne un accès plus « direct » à l’information. Cette deuxième leur permet en effet de rester branchés aux fil d’actualités tout au long de la journée en leur proposant des lives informationnels ou encore en leur envoyant des notifications dès qu’une nouvelle information est publiée par le journal. Ainsi, là où la première propose simplement une version numérisée et mobile de ses publications papier, la deuxième offre aux mobinautes la possibilité d’être immergés, en continu, dans le fil des actualités et dans une dynamique d’immédiatété de l’information.
Lire la suite

Un CV hors du commun

Jens Lennartsson impression 3DComme dans dans tout corps de métier, le premier contact est primordiale est passe la plupart du temps par un CV. Les emplois dans le domaine de la communication, du webdesign, du graphisme, ou tout autre job faisant appel à la créativité, nécessitent, plus que dans n’importe quel autre domaines, de retenir l’attention, pour se démarquer.

Lire la suite

Phonebloks, le renouveau du smartphone ?

Dans un futur proche, chacun pourra construire son propre smartphone en assemblant les morceaux comme une construction en Légo. Le concept Phonebloks part du constat suivant : un téléphone portable ne dure que quelques années avant qu’il ne se casse ou devienne obsolète. Si une partie du téléphone ne fonctionne plus, (batterie, écran…) on s’en débarrasse car c’est impossible à réparer ou à mettre à jour.

Phoneblocks, le smartphone modulable.

Phoneblocks, le smartphone modulable.

Lire la suite