Grindr, l’appli « gay-friendly » à 360 dégrés

Faire des rencontres et draguer à travers les réseaux sociaux est à la mode. Dans le monde des applications disponibles pour dispositifs mobiles, l’une d’elles fait partie des préférées au sein de la communauté gay. Il s’agit de Grindr. Créée aux Etats-Unis, cette application de rencontres géolocalisées cible la communauté gay. Elle cartonne dans le monde entier, y compris en Iran ou au Kazakhstan ! Joel Simkhai, son fondateur, lance Blendr, une version hétéro.

« La nouvelle façon de se faire des amis autour de soi« . Joel Simkhai a lancé Grindr en 2009 pour faciliter les rencontres entre hommes, homos ou bisexuels. Joël a créé l’application parce que lui-même éprouvait des difficultés à rencontrer de nouvelles personnes ayant les mêmes centres d’intérêt.

Comme dans toute bonne success story américaine, l’histoire commence à Los Angeles en Californie avec trois amis qui sortent une version gratuite de l’application, qui vivra modestement au début de maigres revenus publicitaires.

En 2012 Grindr a déjà conquis 4 millions d’utilisateurs avec son appli et enregistre un million de visiteurs uniques chaque jour. Aux Etats-Unis, Grindr compte 1,5 millions d’utilisateurs, le Royaume-Uni 500000… et en France il y aurait déjà plus de 250.000 abonnés au service ! Au total elle a été chargée dans 192 pays y compris l’Iran, l’Irak et le Kazakhstan !

Devant le succès de Grindr, une version « hétéro » a été lancée : Blendr, l’appli géolocalisée de rencontres pour tous, garçons et filles !

 

Protection des données : Le règlement européen, un enjeu pour les courtiers

La chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA) Méditerranée a rassemblé, le 05 octobre dernier, plus de 70 courtiers à Aix en Provence, pour évoquer le règlement général sur la protection des données à caractère personnel (RGPD). Cette dernière doit entrer en vigueur en mai 2018. Une opportunité, pour les intermédiaires, de se positionner en conseillers des entreprises.

Animé par la French Tech, l’événement organisé par la CSCA Méditerranée à Aix en Provence en octobre dernier, a réuni 70 courtiers désireux d’aborder la question du règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) auquel ils n’échapperont pas en tant qu’entrepreneur indépendant, mais sur lequel ils ont aussi un devoir de conseil à jouer. « C’est pour mai 2018 et toutes les professions en rapport avec la gestion de données doivent se préparer », déclarait Jean Pierre Gasnier à l’auditoire. Pour cet expert, RGPD représente une opportunité en cela que le règlement améliore un cadre juridique déjà existant (ndlr : la loi Informatique et liberté de 1978).

Les cabinets de courtage en lice pour diffuser les produits de cyber assurance

« Les cabinets de courtage sont concernés, bien sûr, mais également la grande majorité des prospects, des clients, des fournisseurs : c’est un sujet de société … », poursuit Kevin Polizzi,  dirigeant-fondateur de Jaguar Networks, une entreprise IT. Tous les assureurs proposent, en ce sens, leur solution d’assurance cyber ( Axa, Generali, le Lloyd’s ou encore MMA Entreprise étaient présents lors de la manifestation pour exposer leurs offres) avec un montant des capacités libérées estimé à 400 M€ sur le marché français, et les courtiers seront, à ce titre, un maillon clé de leur diffusion. Il leur faut être pro-actifs vis-à-vis de leur portefeuille entreprise.

« La cybercriminalité fait partie de la vie de l’entreprise et c’est devenu une obligation de conseil que d’en parler avec nos clients professionnels », insistait Didier Boranian, président de la CSCA Méditerranée qui totalise 185 adhérents courtiers. Pour lui, il s’agit évidemment de transformer une contrainte en opportunité de développement à l’heure où les demandes de couverture vont s’accélérer en anticipation de RGPD.

Pour rappel, les entreprises seront légalement contraintes de veiller à ce que les données personnelles stockées dans leurs systèmes soient à tout moment et en tout lieu sécurisées contre les risques de pertes, de vol, de divulgation ou contre toute autre compromission. Si malgré tout, elles étaient piratées, elles devraient le notifier dans les plus brefs délais à la CNIL et informer les personnes concernées.

Systèmes d’exploitation Google : après Android et Google Chrome OS, bientôt Fuchsia OS

Capture d’écran de l’interface du futur système d’exploitation de Google, Fuchsia OS.

Conçu pour être utilisé sur plusieurs appareils, le prochain système d’exploitation de Google reste un mystère qui sans doute réservera de nombreuses surprises.

Le géant de la technologie communique très peu sur sa future sortie. Il atteste tout de même que Fuchsia OS ne fera pas disparaître Chrome OS et Android, qui ont eu un grand succès sur différents supports.

Plus de Linux

Depuis mai 2016, des informations font état de la mise au point d’un nouveau système d’exploitation par Google. Troisième du genre, après Google Chrome OS et Android, Fuchsia OS, lui, n’est pas développé sur le noyau Linux, comme le sont les deux premiers. Le concepteur a opté cette fois pour un noyau fait maison, baptisé Magenta.

Selon certaines sources, le nouveau système d’exploitation, pensé pour des  appareils modernes, n’intègre ni Java, ni GPL ; mais utilise le langage graphique Material Design. Aussi, un outil nommé Flutter permet la conception d’applications capable de s’adapter à Android et iOS.

Il est déjà possible de voir l’interface utilisateur de Fuchsia OS. Elle allie simplicité et fluidité.

Fuchsia supportera Swift

Des informations récemment révélées par des employés de Google mentionnent que de plusieurs ingénieurs travaillent présentement sur Swift, dans l’optique que Fuchsia OS puisse supporter un maximum de langages de programmation, parmi lesquels Swift. Ce dernier est utilisé pour le codage des applications sur macOS, iOS, watchOS et tvOS. Cela signifierait que le nouveau système d’exploitation soit ouvert au type d’applications développées par Apple.

Pour l’heure, même si tout n’est pas encore connu à propos de toutes les potentialités et de la date de sortie de Fuchsia OS, tout laisse à croire que le futur système d’exploitation cassera les codes. Déjà, avec ses nombreuses ouvertures aux différents langages de programmation, il laisse le champ libre aux développeurs et permet plus de partage entre des systèmes qui, longtemps, ont été fermés chacun des leurs côtés.

 

Myxypod, l’univers de la maison connectée

Myxypod, c’est une innovation de la société Myxyty spécialisée dans le « smart home ». Il représente « le premier système sound speaker multiroom domotique évolutif«  qui vous permettra de contrôler votre maison à distance.

MYXYPOD

Une enceinte évolutive diffusant de la musique, contrôle tous les usages de l’habitat grâce à la domotique : la sécurité, le chauffage, la lumière, les volets roulants et même faire du café. C’est le rôle de cet objet connecté le MyxyPod. Tout est centralisé dans un même appareil et pour ce fait, il utilise la voix comme télécommande pour piloter la maison à distance. Il pourra diffuser des messages domotiques mais bien entendu des fichiers musicaux ou vos sons favoris en streaming tels que Deezer ou encore Spotify. Lire la suite

Mozilla Firefox: sa nouvelle version peut-elle doubler Google Chrome ?

Capture d’écran du site de téléchargement de Firefox Quantum.

Avec sa dernière mise à jour, lancée le 14 novembre, le logiciel libre, Mozilla Firefox fait peau neuve. Intitulée Firefox Quantum, cette version doit permettre au navigateur web de regagner de nouveaux utilisateurs, et surtout des parts de marché face à ses principaux concurrents, Microsoft, Apple, et bien sûr Google. 

Lire la suite

Residente.com: lorsque notre écran devient une fenêtre sur le monde

« Je suis Residente. J’ai décidé de faire de la musique basée sur mon ADN. J’ai voyagé dans différents endroits du monde, recueillant des sons et découvrant des histoires. Nous sommes tous résidents de l’espace que nous occupons, et dans notre espace les frontières n’existent pas », exprime le rappeur portoricain lorsque l’internaute se plonge dans son nouveau projet de site web immersif.

Lire la suite

Nouveautés Messenger : quand les IA s’invitent dans la discussion

Initialement prévue pour de la discussion instantanée, l’application Messenger se voit aujourd’hui investie par les intelligences artificielles. Sans savoir si les nouveaux usages s’adaptent à l’interface ou l’inverse, Messenger devient, grâce au concours des IA, un outil plus humain.

En avril dernier a eu lieu l’édition 2017 de la conférence F8, lors de laquelle Facebook parle aux développeurs. A cette occasion, David Marcus, vice-président et responsable de l’application Messenger, a présenté les nouveautés. Lire la suite

Le numérique: un défi !

Droits réservés

Droits réservés

Symbole de modernité et d’innovation, le numérique prend une place toujours plus importante dans notre société. En cette nouvelle année, telle une tendance, le numérique s’intègre dans de nombreux projets.

Bpifrance (Banque publique d’investissement), organisme français de développement et de financement des entreprises, a pour mission de favoriser l’investissement et l’innovation dans différents secteurs prioritaires dont le numérique. Lire la suite

Brain It !

En passant

Lancé en Septembre 2014,la plateforme Braineet a été créée par Jonathan Livescault, Alban Margain et Pierre Gourlaouen, des entrepreneurs français ayant décidé de lancer un grand coup d’innovation dans le domaine de l’interaction entre les clients et les marques d’utilisation quotidiennes par un outil permettant le partage d’idées entre internautes et prônant l’amélioration direct des produits ainsi évalués.Le tout premier réseau social de partage avec vos marques fétiches !

Lancé en Septembre 2014,la plateforme Braineet a été créée par Jonathan Livescault, Alban Margain et Pierre Gourlaouen, des entrepreneurs français ayant décidé de lancer un grand coup d’innovation dans le domaine de l’interaction entre les clients et les marques d’utilisation quotidiennes par un outil permettant le partage d’idées entre internautes et prônant l’amélioration direct des produits ainsi évalués.

« BRAINEET » Un concept unique ?

Bien que l’on pourrait penser à première vu à une plateforme ordinaire d’évaluation comme l’ont lancé Ebay,Priceminister ou encore Apple par un système d’évaluation de produits basique via la publication facultative d’avis sur leurs « store » , le concept va bien au-delà de la simple notation. Explications.
Concrètement, Braineet est une plateforme en ligne qui laisse la liberté pour les  consommateurs d’avancer des idées qui vont permettre d’améliorer les marques qu’ils utilisent de façon quotidienne et qu’ils préfèrent donc innover par cet intermédiaire. Ces consommateurs ne sont plus que spectateurs des grandes campagnes publicitaires dans lesquelles nous sommes habituées du matin au soir mais ils deviennent également acteurs et définissent de manière plus tangible leurs besoins envers leurs marques fétiches.

Une communauté client est mise en place permettant l’échange pratiques d’idées et de suggestions directs avec les marques. Tout est bon pour insérer le client dans l’univers du « branding » et de l’interaction. Ce dernier peut en effet être récompensé pour ces idées novatrices ce qui constitue outre l’aspect d’un phénomène de double-notation évident, la fidélisation des consommateurs.

Ainsi, par ce moyen d’interactions amenant  tous les parties à se faire entendre, les stratégies commerciales/marketing  de base peuvent être également maintenues.

Une plateforme familiere et intuitive

L’ergonomie de Braineet n’est pas sans rappeler celle de grands leaders dans le domaine comme par exemple Twitter.
En effet, les « brainees » qui sont en réalité les messages sont eux aussi limités.
Le consommateur aura alors à sa disposition 140 caractères pour proposer ses améliorations suivi du nom de la marque qu’il souhaite modifier.
Toutes les suggestions doivent commencer par « Et si… »

Cette plateforme est aussi rendu familière par la présence d’un timeline qui n’est pas sans rappeler Facebook et qui à l’identique regroupe tous les messages.
Comme Facebook, les brainees peuvent être likés, commentés et les utilisateurs comme les marques peuvent êtres suivis.  La familiarité de cette plateforme ne s’en limite pas qu’au reflet des réseaux sociaux comme Twitter et Facebook mais aussi à celui de Ask avec la présence de question direct au consommateur qui dans le contexte demande clairement des idées de slogan pour une marque en particulier, des questions d’ordre techniques et bien d’autre dans une visée toujours innovatrice.  Ce phénomène est un « challenge » qui récompense les consommateurs pour leurs idées en offrant des cadeaux.
On peut ainsi se faire à l’idée que Braineet recense toutes les idées les plus pratiques des leaders des réseaux sociaux et en fait une plateforme à l’ergonomie très intuitive et très originale.

Braineet-interface

Un avenir plus que promoteur !

L’ambition des trois fondateurs et promoteurs  s’est ressentis dans les feedbacks propre à l’utilisation de leurs plateforme car depuis le lancement de  Braineet plus d’une cinquantaine de marque est recensée avec parmi elles des enseignes de renom comme Orange ou encore Nespresso

Pour ce qui est des utilisateurs, environ 5000 partages leurs idées.

« Après une phase de 6 mois dédiée au POC (Proof Of Concept), place à l’accélération : Braineet revendique 64 marques françaises et internationales, et ses marques dialoguent avec plusieurs milliers d’innovateurs dans le monde. Ces derniers ont déjà partagé plus de 5000 idées innovantes, dont une qui se détache nettement des autres avec plusieurs centaines d’interactions portant sur la question du Wifi dans les trains. »
-Tiré d’un article de  Maddyness (mai 2015)

Ainsi, la stratégie et l’étude réfléchie de leur projet en fait toute leurs forces. En effet, avant même de sortir une version beta l’équipe avait déjà contacté un grand nombre de grandes enseignes faisant par la même la promotion de leur idée novatrice. C’est cet aspect que ne manquera pas de souligner  Jonathan Livescault préférant donc  mettre le succès sous le nom d’un fort travail d’équipe « Constituer une équipe fiable, ambitieuse et qui travaille très bien ensemble est un facteur clé de succès. L’inverse est surtout le premier facteur clé d’échec » tiré de la conférence Leweb 2014 consultable dans la vidéo  ci-dessous :

Alors, Braineet peut être critiqué pour le fait qu’elle tire profit des idées des utilisateurs et leurs laissent en quelque sorte faire tout le travail mais d’un autre côté le système de récompense proposé par les marques via le phénomène « challenge »et le fait de satisfaire le consommateur le plus possible tout en le laissant le pus libre d’interaction qu’il soit permet de pallier cette limite d’ordre moral. Au niveau technique  Braineet fonctionne sur ordinateur et aussi sur mobile avec la mise en place d’applications pour iOs et Android.

Avec ça, on ne peut qu’être convaincu de Braineet…Can you dig it ?

Raphaël A.FAIVRE