Grindr, l’appli « gay-friendly » à 360 dégrés

Faire des rencontres et draguer à travers les réseaux sociaux est à la mode. Dans le monde des applications disponibles pour dispositifs mobiles, l’une d’elles fait partie des préférées au sein de la communauté gay. Il s’agit de Grindr. Créée aux Etats-Unis, cette application de rencontres géolocalisées cible la communauté gay. Elle cartonne dans le monde entier, y compris en Iran ou au Kazakhstan ! Joel Simkhai, son fondateur, lance Blendr, une version hétéro.

« La nouvelle façon de se faire des amis autour de soi« . Joel Simkhai a lancé Grindr en 2009 pour faciliter les rencontres entre hommes, homos ou bisexuels. Joël a créé l’application parce que lui-même éprouvait des difficultés à rencontrer de nouvelles personnes ayant les mêmes centres d’intérêt.

Comme dans toute bonne success story américaine, l’histoire commence à Los Angeles en Californie avec trois amis qui sortent une version gratuite de l’application, qui vivra modestement au début de maigres revenus publicitaires.

En 2012 Grindr a déjà conquis 4 millions d’utilisateurs avec son appli et enregistre un million de visiteurs uniques chaque jour. Aux Etats-Unis, Grindr compte 1,5 millions d’utilisateurs, le Royaume-Uni 500000… et en France il y aurait déjà plus de 250.000 abonnés au service ! Au total elle a été chargée dans 192 pays y compris l’Iran, l’Irak et le Kazakhstan !

Devant le succès de Grindr, une version « hétéro » a été lancée : Blendr, l’appli géolocalisée de rencontres pour tous, garçons et filles !

 

Protection des données : Le règlement européen, un enjeu pour les courtiers

La chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA) Méditerranée a rassemblé, le 05 octobre dernier, plus de 70 courtiers à Aix en Provence, pour évoquer le règlement général sur la protection des données à caractère personnel (RGPD). Cette dernière doit entrer en vigueur en mai 2018. Une opportunité, pour les intermédiaires, de se positionner en conseillers des entreprises.

Animé par la French Tech, l’événement organisé par la CSCA Méditerranée à Aix en Provence en octobre dernier, a réuni 70 courtiers désireux d’aborder la question du règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) auquel ils n’échapperont pas en tant qu’entrepreneur indépendant, mais sur lequel ils ont aussi un devoir de conseil à jouer. « C’est pour mai 2018 et toutes les professions en rapport avec la gestion de données doivent se préparer », déclarait Jean Pierre Gasnier à l’auditoire. Pour cet expert, RGPD représente une opportunité en cela que le règlement améliore un cadre juridique déjà existant (ndlr : la loi Informatique et liberté de 1978).

Les cabinets de courtage en lice pour diffuser les produits de cyber assurance

« Les cabinets de courtage sont concernés, bien sûr, mais également la grande majorité des prospects, des clients, des fournisseurs : c’est un sujet de société … », poursuit Kevin Polizzi,  dirigeant-fondateur de Jaguar Networks, une entreprise IT. Tous les assureurs proposent, en ce sens, leur solution d’assurance cyber ( Axa, Generali, le Lloyd’s ou encore MMA Entreprise étaient présents lors de la manifestation pour exposer leurs offres) avec un montant des capacités libérées estimé à 400 M€ sur le marché français, et les courtiers seront, à ce titre, un maillon clé de leur diffusion. Il leur faut être pro-actifs vis-à-vis de leur portefeuille entreprise.

« La cybercriminalité fait partie de la vie de l’entreprise et c’est devenu une obligation de conseil que d’en parler avec nos clients professionnels », insistait Didier Boranian, président de la CSCA Méditerranée qui totalise 185 adhérents courtiers. Pour lui, il s’agit évidemment de transformer une contrainte en opportunité de développement à l’heure où les demandes de couverture vont s’accélérer en anticipation de RGPD.

Pour rappel, les entreprises seront légalement contraintes de veiller à ce que les données personnelles stockées dans leurs systèmes soient à tout moment et en tout lieu sécurisées contre les risques de pertes, de vol, de divulgation ou contre toute autre compromission. Si malgré tout, elles étaient piratées, elles devraient le notifier dans les plus brefs délais à la CNIL et informer les personnes concernées.

Roomba: le robot aspirateur qui « mappe » votre maison

L’aspirateur intelligente est capable de créer un parcours au sein de votre maison

Introduits sur le marché de l’électroménager au début des années 2000, ces aspirateurs intelligents nettoient les espaces de vie de manière autonome et efficace. Néanmoins, suite à des déclarations du PDG de iRobot, maison mère de Roomba et marque leader du marché de l’électroménager intelligent, il paraîtrait que ces aspirateurs récoltent davantage que de la poussière au sein des foyers.

 

Lire la suite

Samsung lancera son enceinte connectée « Bixby » en 2018

Samsung devrait lancer sa propre enceinte connectée l’année prochaine. Elle devrait intégrer la technologie Bixby, l’assitant vocal de la marque.

Image d'illustration Samsung

Image d’illustration Samsung

Une nouvelle enceinte connectée devrait bientôt faire son apparition sur les rayons, aux côtés des Google Home, Amazon Echo et HomePod. Assez tôt pour atterrir au pied du sapin ? Pas vraiment si l’on en croit Bloomberg Technology qui a annoncé jeudi que Samsung lancera son enceinte connectée au cours de la première moitié de l’année 2018.

L’appareil devrait fonctionner grâce à l’assistant vocal Bixby conçu par la marque et déjà déployé sur les smartphones Galaxy S8 et S8+. Une aubaine pour les habitués des produits Samsung dont les télévisions, réfrigérateurs, fours et aspirateurs connectés ont déjà intégré les foyers. L’entreprise coréenne a en effet racheté en 2014 la plateforme de la start-up SmartThings, qui permet de contrôler à distance sa maison connectée grâce à un smartphone. Aucune information fiable concernant le design de l’objet n’est disponible pour l’instant, quoique certains supposent qu’il sera, lui aussi, sans écran. Les utilisateurs français devront toutefois faire preuve de patience car, pour l’heure, Bixby prend plus de temps que prévu pour apprendre le français. L’assistant vocal est néanmoins déjà disponible en anglais et en coréen.

La sortie de cette nouvelle enceinte connectée relance le débat de la protection de la vie privée, comme en témoigne le guide destiné aux utilisateurs et publié par la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) au début du mois de décembre. L’autorité rappelle ainsi que « en veille permanente, ces assistants sont susceptibles d’enregistrer vos conversations, y compris celles de tiers lorsqu’ils ont reconnu le mot clé [permettant l’activation de la reconnaissance vocale sur l’appareil] ».

« Messenger Kids » ou comment Facebook veut séduire les 6-12 ans

En lançant la version « kids » de son application Messenger, Facebook a décidé de s’attaquer aux jeunes de moins de 13 ans. Par cette application faites exclusivement pour les enfants, le géant américain tente de convertir les jeunes aux réseaux sociaux de plus en plus tôt. Pour le moment elle n’est disponible que sur IOS aux Etats-Unis mais devrait vite conquérir le globe.

Crédit Facebook

Des enfants de moins de 13 ans sur Facebook, est-ce vraiment possible ? Pour le moment non. Mais au vu de la nouvelle fonctionnalité qu’offre le réseau social, on peut se demander si ça ne sera pas possible un jour. Le lundi 4 décembre, Facebook a opéré un changement de cap passer presque inaperçu mais pourtant important dans sa stratégie de développement. En créant « Messenger Kids », le célèbre réseau social veut inciter les consommateurs à utiliser son service de messagerie instantanée dès le plus jeune âge. Lire la suite

Systèmes d’exploitation Google : après Android et Google Chrome OS, bientôt Fuchsia OS

Capture d’écran de l’interface du futur système d’exploitation de Google, Fuchsia OS.

Conçu pour être utilisé sur plusieurs appareils, le prochain système d’exploitation de Google reste un mystère qui sans doute réservera de nombreuses surprises.

Le géant de la technologie communique très peu sur sa future sortie. Il atteste tout de même que Fuchsia OS ne fera pas disparaître Chrome OS et Android, qui ont eu un grand succès sur différents supports.

Plus de Linux

Depuis mai 2016, des informations font état de la mise au point d’un nouveau système d’exploitation par Google. Troisième du genre, après Google Chrome OS et Android, Fuchsia OS, lui, n’est pas développé sur le noyau Linux, comme le sont les deux premiers. Le concepteur a opté cette fois pour un noyau fait maison, baptisé Magenta.

Selon certaines sources, le nouveau système d’exploitation, pensé pour des  appareils modernes, n’intègre ni Java, ni GPL ; mais utilise le langage graphique Material Design. Aussi, un outil nommé Flutter permet la conception d’applications capable de s’adapter à Android et iOS.

Il est déjà possible de voir l’interface utilisateur de Fuchsia OS. Elle allie simplicité et fluidité.

Fuchsia supportera Swift

Des informations récemment révélées par des employés de Google mentionnent que de plusieurs ingénieurs travaillent présentement sur Swift, dans l’optique que Fuchsia OS puisse supporter un maximum de langages de programmation, parmi lesquels Swift. Ce dernier est utilisé pour le codage des applications sur macOS, iOS, watchOS et tvOS. Cela signifierait que le nouveau système d’exploitation soit ouvert au type d’applications développées par Apple.

Pour l’heure, même si tout n’est pas encore connu à propos de toutes les potentialités et de la date de sortie de Fuchsia OS, tout laisse à croire que le futur système d’exploitation cassera les codes. Déjà, avec ses nombreuses ouvertures aux différents langages de programmation, il laisse le champ libre aux développeurs et permet plus de partage entre des systèmes qui, longtemps, ont été fermés chacun des leurs côtés.

 

Myxypod, l’univers de la maison connectée

Myxypod, c’est une innovation de la société Myxyty spécialisée dans le « smart home ». Il représente « le premier système sound speaker multiroom domotique évolutif«  qui vous permettra de contrôler votre maison à distance.

MYXYPOD

Une enceinte évolutive diffusant de la musique, contrôle tous les usages de l’habitat grâce à la domotique : la sécurité, le chauffage, la lumière, les volets roulants et même faire du café. C’est le rôle de cet objet connecté le MyxyPod. Tout est centralisé dans un même appareil et pour ce fait, il utilise la voix comme télécommande pour piloter la maison à distance. Il pourra diffuser des messages domotiques mais bien entendu des fichiers musicaux ou vos sons favoris en streaming tels que Deezer ou encore Spotify. Lire la suite

Mozilla Firefox: sa nouvelle version peut-elle doubler Google Chrome ?

Capture d’écran du site de téléchargement de Firefox Quantum.

Avec sa dernière mise à jour, lancée le 14 novembre, le logiciel libre, Mozilla Firefox fait peau neuve. Intitulée Firefox Quantum, cette version doit permettre au navigateur web de regagner de nouveaux utilisateurs, et surtout des parts de marché face à ses principaux concurrents, Microsoft, Apple, et bien sûr Google. 

Lire la suite

Parlez avec Beta : un robot qui informe sur le contenu féministe au Brésil

Le Chatbot Beta permet une nouvelle façon d’accéder aux informations sur les femmes via l’interface Messenger du Facebook

Depuis la fin d’août de cette année, les brésiliens ont pu faire connaissance avec Betânia : un Chatbot qui utilise Facebook Messenger pour mobiliser la population sur des questions liées à l’égalité de sexes et les droites de femme au pays. Programmé pour interagir avec le réseau d’utilisateurs à travers de la boîte des messages privés, Beta, comme on l’appelle, répondre à propos de la lutte féministe au Brésil, informe le lecteur quand un projet de loi sera voté au Congrès National et mobilise les utilisateurs à agir activement contre les reculs et pour protéger les droits des femmes. Lire la suite

Natural Cycles x Kindara: la révolution numérique des méthodes contraceptives

En termes de contraception, le moment est post-pilule: connaître les applications mobiles qui optimisent la méthode symptothermique avec des plateformes interactives

Crédits photo: Reproduction / Kindara

Jugée aussi efficace que la pilule contraceptive, l’application Natural Cycles est le premier outil numérique à obtenir la certification de l’Union européenne qui le classifie comme une méthode de contraception. Après l’attention des médias et le succès constaté — il y a déjà plus de 500 000 abonnements à Natural Cycles dans 161 pays différents depuis l’année dernière —, l’entreprise a annoncé avoir obtenu plus de 36 millions de dollars en investissements en 2017.

L’application est basée sur la méthode symptothermique, qui utilise les signes de fertilité, comme les températures corporelles, pour calculer la période fertile. Mais elle n’est pas l’unique ni la première application à offrir ce type de service : depuis le succès de Natural Cycles, l’appli Kindara, sorti en 2011, a lancé son nouveau mis en forme pour essayer de se mettre en compétition. Découvrez les deux applications : Lire la suite