Allô célibataire, vie privée en danger.

Vous utilisez ou avez déjà utilisé une fois une application de rencontre ? Alors attention, vos données sont peut-être en de mauvaises mains. Ces applications de rencontre permettent parfois de tout connaître de l’autre grâce aux données recueillies. Mais ces données sont-elles en sécurité ?

Les chercheurs en cybersécurité  de Kaspersky Lab se sont penchés sur le sujet. Ils ont réussi à pirater 9 applications de rencontre. Les pare feux de ces applications sont très faibles. Que ce soit Tinder, Bumble, OK Cupid, Badoo, Mamba, Zoosk, Happn, WeChat et Paktor, aucune de ces applications n’est parfaitement sécurisée. En s’inscrivant sur ces applications, l’on se soumet à un questionnaire qui va au delà de l’âge et du prénom ou pseudo, et ces données tombent très souvent en de mauvaises mains. Lire la suite

Quand les nouvelles technologies s’invitent dans l’industrie du X

Une doctorante britannique prédit que d’ici 50 ans les relations sexuelles avec les robots pourraient devenir la norme. Les professionnels du X et fabricants de sex-toys sont déjà sur les rangs.

Exposition des robots utilisés dans un clip de la chanteuse Bjork

Extrait d’un clip de la chanteuse Bjork

Lire la suite

LULU : l’application 100% girly 100% sexiste

Lulu  ou "Quand Sex & the city rencontre Facebook" Cosmoplitan. cdts: capture d'ecran site lulu

Lulu ou « Quand Sex & the city rencontre Facebook » Cosmoplitan. (crédits: capture d’écran site lulu)

Grâce à LULU, une femme peut désormais se renseigner facilement sur l’homme qu’elle s’apprête à rencontrer si celui-ci a été noté par une ou plusieurs de ses ex (sens de l’humour, performances sexuelles…). Un nouveau joujou osé qui se positionne aux limites de la diffamation.

Lire la suite

Snapchat : l’application pour cachotiers pas si secrète que ça

SnapchatJames Bond en rêvait, Evan Spiegel Sipa l’a fait. L’applicataion Snapchat pour IOS et Androïd fait un tabac chez les jeunes. Elle leur permet d’envoyer des photos, vidéos ou simples messages qui s’autodétruisent au bout de dix secondes.Les plus sceptiques y verront une facilité à cacher des contenus gênants, tels que des « sextos » envoyés à son amant(e) et d’autres contenus qu’on n’aimerait pas retrouver sur Internet ou sur son propre téléphone par son conjoint. Lire la suite