Protéger sa vie privée en 6 étapes

Déjà plus de 2,6 millions de vues sur YouTube pour la nouvelle campagne lancée par la MGEN et la CNIL avec le célèbre YouTuber Kevin Tran pour la protection de la vie privée, rapporte le site de l’institution qui se préoccupe de la protection des données personnelles.

La MGEN et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ont fait appel au célèbre Youtuber Kevin Tran, Alias le Rire Jaune, pour lancer une campagne de sensibilisation aux usages responsables d’Internet et à la protection des données. Lancée le 28 juin sur YouTube dernier, la vidéo est, rapporte le site de la CNIL, « un véritable succès » et enregistre aujourd’hui plus de 2,6 millions de vues sur le réseau social.

L’idée de cette collaboration avec Kevin Tran est née en juin 2017 à l’occasion de la remise des Trophées des Classes de la MGEN co-organisée avec la CNIL et le ministère de l’Education Nationale, dans le cadre de ProgEn Programme d’Education au Numérique initié il y a un an par Jean-Louis DAVET, Directeur Général MGEN. Le Youtuber aux 3,8 millions d’abonnés était l’invité de l’événement pour animer la cérémonie et récompenser les jeunes participants du programme.

Suite à l’engouement suscité par la présentation de Kevin Tran auprès des élèves, la MGEN et la CNIL ont décidé de confier au Youtuber la réalisation de leur nouvelle campagne de sensibilisation en direction des jeunes. Intitulée « Protéger sa vie privée en 6 étapes », la vidéo illustre de façon pertinente et décalée différents moyens de protéger ses données et sa vie privée sur Internet : créer des mots de passe solides, bien vérifier la confidentialité du contenu posté sur les réseaux, séparer les contenus professionnels des contenus plus personnels…

Les jeunes manquent de réflexes essentiels pour se protéger, et le Rire Jaune fait passer de façon simple et humoristique ces messages, essentiels à une utilisation d’Internet sans embûche. Cette action est soutenue par le collectif EDUCNUM. J’ai accepté d’aborder ce thème de la protection des données personnelles avec [La CNIL et la MGEN] car je sais qu’une partie de mon public est encore assez jeune et peut facilement être victime de personnes mal intentionnées sur la toile», déclare Kevin Tran.

Au travers de cette campagne qui vient couronner la première année du programme ProGen, la MGEN a exprimé sa volonté de faire de l’éducation à la protection des données un sujet fondamental :

La collaboration de la MGEN avec Kevin Tran illustre notre contribution à l’éducation et à la sensibilisation au numérique des enfants et adolescents. Notre engagement s’inscrit sur le long terme et nous lancerons prochainement bien d’autres initiatives en ce sens, vers des publics de plus en plus larges, notamment au niveau de l’ensemble du Groupe MGEN- Istya- Harmonie déclare Jean-Louis DAVET Directeur Général de la MGEN et prochain Directeur Général Délégué du Groupe mutualiste issu du rapprochement entre la MGEN et d’autres groupes mutualistes, parmi lesquels Istya et Harmonie Mutuelle.

Une bonne connaissance de la part de nos adhérents des outils numériques et de l’environnement connecté est une étape indispensable pour qu’ils puissent bénéficier des promesses de l’e-santé de manière consentie, dans le respect de règles éthiques fondamentales. Personnalisation des services et protection de la vie privée doivent se construire ensemble, et il est important d’impliquer les adhérents dans la définition d’un équilibre qui convienne à chacun, poursuit-il.

L’éducation au numérique constitue pour la CNIL une priorité stratégique. Aujourd’hui, il est primordial de détenir les clés de compréhension de l’univers numérique si l’on veut garder la main sur ses données et se comporter en citoyen numérique. Les jeunes sont particulièrement exposés dans ce monde numérique, c’est pourquoi, lorsque la MGEN, qui fait partie du collectif EDUCNUM [initié par la CNIL en mai 2013 et qui regroupe aujourd’hui 60 acteurs de l’éducation, de la recherche et de l’économie numérique], nous a proposé de travailler avec un Youtuber pour parler aux jeunes des usages responsables d’Internet, nous avons considéré que c’était là un excellent moyen de toucher notre cible ! Kevin a su trouver le ton juste et rendre la protection des données plus concrète, en s’appuyant sur des exemples de la vie de tous les jours, déclare Isabelle FALQUE-PIERROTIN, Présidente de la CNIL

 

 

Ils ont décidé de se déconnecter

C’est d’un group de personnes qui ont décidé n’utiliser pas des réseaux sociaux ni smartphone ni être toujours sur la technologie. Nous pouvons les identifier car ils portent des portables « démodé » ceux qui sont juste pour faire et recevoir des appels et aussi ils insistent de lire les journaux papier et de parles plus dans les rencontres avec ses amis.

Sans aucun doute depuis les années 1990, lorsque Internet a été commercialisé auprès du grand public et que l’information a été consommée n’était plus la même. Les médias ont cherché leurs espaces, les secteurs public et privé ont essayé de s’adapter aux besoins du public qui se réveillait sur le web.

Le boom des discussions, pour en avoir un couple, était parmi de nombreuses niches l’une des plus controversées de cette nouvelle génération sur internet.

Après un certain temps sont arrivée parmi des autres : le messager de hotmail, myspace, et finalement l’apparition en 2007 de facebook, ce qui a révolutionné le style de vie de presque 2 millions d’usager actif dans l’actualité.

“Il ne faut pas oublier de se parler ‘en vrai’ !”

Mais depuis le 2014, il y a des personnes qui ont commencé à quitter les réseaux sociaux même ils ont aussi commencé à faire attention au temps qu’ils ont inventait sur internet ou depuis ses téléphones portables. Comme par exemple nous pouvons lire les témoignages de : Rose, Laureline et Lena trois trentenaires qu’ont fini par quitter le réseau en affirmant “Il ne faut pas oublier de se parler ‘en vrai’ !”

Nous pouvons également lire l’histoire de la bloggeuse Cécile Doherty-Bigara qui raconte comment elle a été obligée de doser l’utilisation des réseaux sociaux pour réduire le stress et la détresse en exposant son cas personnel dans son article : « Pourquoi je ne vais plus utiliser les réseaux sociaux de la même façon ».

Ce mouvement qui semble « grandir » est une nouvelle tribu urbaine composée de personnes qui ont décidé de tourner le dos à Internet et de vivre hors-ligne.

« Nous avons perdu la capacité d’attention, de processus en profondeur et même de socialisation »

ENRIC PUIG PUNYET
Photo by BBC

Mais il y a ceux qui ont été plus radicaux parce qu’ils se sont rendus compte que le réseau devenait accro ou simplement, aussi pour protéger leur vie privée, a affirmé à la BBC Enric Puig Punyet : espagnol, 36 ans, Docteur en Philosophie, professeur, écrivain et musicien, dans l’article : Le « déconnecté », une tribu qui a décidé de renoncer à vivre selon Internet.

@thamarabryson

 

« Messenger Kids » ou comment Facebook veut séduire les 6-12 ans

En lançant la version « kids » de son application Messenger, Facebook a décidé de s’attaquer aux jeunes de moins de 13 ans. Par cette application faites exclusivement pour les enfants, le géant américain tente de convertir les jeunes aux réseaux sociaux de plus en plus tôt. Pour le moment elle n’est disponible que sur IOS aux Etats-Unis mais devrait vite conquérir le globe.

Crédit Facebook

Des enfants de moins de 13 ans sur Facebook, est-ce vraiment possible ? Pour le moment non. Mais au vu de la nouvelle fonctionnalité qu’offre le réseau social, on peut se demander si ça ne sera pas possible un jour. Le lundi 4 décembre, Facebook a opéré un changement de cap passer presque inaperçu mais pourtant important dans sa stratégie de développement. En créant « Messenger Kids », le célèbre réseau social veut inciter les consommateurs à utiliser son service de messagerie instantanée dès le plus jeune âge. Lire la suite

Radio France donne un coup de projecteur à la langue des signes

Ecouter la radio est désormais possible pour tous. Alors que la 21e Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées vient de se terminer (SEEPH du 13 au 19 novembre 2017), Radio France a, une nouvelle fois, rendu ses contenus audio accessibles aux personnes sourdes ou malentendantes. Lire la suite

Les médias face aux défis des supports mobiles

Les ordinateurs bientôt dépassés par les smartphones ? Selon Le Figaro, les mobiles et tablettes sont de plus en plus privilégiés aux PC et aux Mac. Depuis 2017, ils représentent près de 65 % des consultations de sites et la majorité des requêtes sur Google. Interfaces innovantes, consommation immédiate de l’actualité, concurrence des applications de réseaux sociaux sont autant d’enjeux pour les médias sur ces supports mobiles.

Lire la suite

Flipfeed : Regardez Twitter à l’égard de l’autre

Flipfeed est une extension de Google Chrome, qui permet aux utilisateurs de voir les fils d’actualité des autres sur Twitter. Facile à télécharger, il suffit d’ajouter l’extension à Google Chrome et l’activer. Pour voir comment utiliser flipfeed, cliquez

Après avoir eu flipfeed, on peut le trouver juste sous notre photo de profile. En cliquant le button “flip my feed”, notre fil d’actualité se transformera en fil d’actualité d’un autre vrai utilisateur de Twitter.

Ce qui est l’un des points importants de flipfeed c’est qu’il ne choisit pas les fils d’actualités aléatoirement. Lire la suite

Parlez avec Beta : un robot qui informe sur le contenu féministe au Brésil

Le Chatbot Beta permet une nouvelle façon d’accéder aux informations sur les femmes via l’interface Messenger du Facebook

Depuis la fin d’août de cette année, les brésiliens ont pu faire connaissance avec Betânia : un Chatbot qui utilise Facebook Messenger pour mobiliser la population sur des questions liées à l’égalité de sexes et les droites de femme au pays. Programmé pour interagir avec le réseau d’utilisateurs à travers de la boîte des messages privés, Beta, comme on l’appelle, répondre à propos de la lutte féministe au Brésil, informe le lecteur quand un projet de loi sera voté au Congrès National et mobilise les utilisateurs à agir activement contre les reculs et pour protéger les droits des femmes. Lire la suite

Le « swipe » de La Matinale

En 2015 le journal Le Mode a lancé sa nouvelle application mobile intitulée « La Matinale »,  soit la troisième application mobile du quotidien national. Quelques mois à peine après son lancement, elle enregistrait déjà 300,000 téléchargements. Comment expliquer ce succès? La principale innovation de cette application réside dans son design et dans son principe de fonctionnement. Quels impacts sur les modes de consommation et sur les usages vis-à-vis de l’information?

Écran d’accueil de La Matinale – Capture d’écran

En 2015 le journal Le Mode a lancé sa nouvelle application mobile intitulée « La Matinale »,  soit la troisième application mobile du quotidien national. En effet, ce dernier avait déjà lancé son application « Journal Le Monde »,suivie peu après de  « Le Monde, l’info en continu ». Alors que la première a été créée pour permettre aux utilisateurs de retrouver sur mobile les mêmes contenus du journal papier ainsi que des suppléments hebdomadaires et mensuels, la deuxième leur donne un accès plus « direct » à l’information. Cette deuxième leur permet en effet de rester branchés aux fil d’actualités tout au long de la journée en leur proposant des lives informationnels ou encore en leur envoyant des notifications dès qu’une nouvelle information est publiée par le journal. Ainsi, là où la première propose simplement une version numérisée et mobile de ses publications papier, la deuxième offre aux mobinautes la possibilité d’être immergés, en continu, dans le fil des actualités et dans une dynamique d’immédiatété de l’information.
Lire la suite