L’extension qui protège votre vie privée : Privacy Badger

Avec Privacy Badger, les sites consultés sur le web ne sont plus traqués. Il s’agit d’une extension qui empêche les annonceurs et autres traqueurs de pister les pages visitées en ligne. Un outil qui lutte contre le profilage des internautes et qui vous rends invisibles.

Privacy Badger intervient lorsqu’un annonceur trace l’internaute et empêche celui-ci de voir le contenu dans le navigateur automatiquement.

Capture écran de la page Privacy Badger

Lire la suite

Protection des données : Le règlement européen, un enjeu pour les courtiers

La chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA) Méditerranée a rassemblé, le 05 octobre dernier, plus de 70 courtiers à Aix en Provence, pour évoquer le règlement général sur la protection des données à caractère personnel (RGPD). Cette dernière doit entrer en vigueur en mai 2018. Une opportunité, pour les intermédiaires, de se positionner en conseillers des entreprises.

Animé par la French Tech, l’événement organisé par la CSCA Méditerranée à Aix en Provence en octobre dernier, a réuni 70 courtiers désireux d’aborder la question du règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) auquel ils n’échapperont pas en tant qu’entrepreneur indépendant, mais sur lequel ils ont aussi un devoir de conseil à jouer. « C’est pour mai 2018 et toutes les professions en rapport avec la gestion de données doivent se préparer », déclarait Jean Pierre Gasnier à l’auditoire. Pour cet expert, RGPD représente une opportunité en cela que le règlement améliore un cadre juridique déjà existant (ndlr : la loi Informatique et liberté de 1978).

Les cabinets de courtage en lice pour diffuser les produits de cyber assurance

« Les cabinets de courtage sont concernés, bien sûr, mais également la grande majorité des prospects, des clients, des fournisseurs : c’est un sujet de société … », poursuit Kevin Polizzi,  dirigeant-fondateur de Jaguar Networks, une entreprise IT. Tous les assureurs proposent, en ce sens, leur solution d’assurance cyber ( Axa, Generali, le Lloyd’s ou encore MMA Entreprise étaient présents lors de la manifestation pour exposer leurs offres) avec un montant des capacités libérées estimé à 400 M€ sur le marché français, et les courtiers seront, à ce titre, un maillon clé de leur diffusion. Il leur faut être pro-actifs vis-à-vis de leur portefeuille entreprise.

« La cybercriminalité fait partie de la vie de l’entreprise et c’est devenu une obligation de conseil que d’en parler avec nos clients professionnels », insistait Didier Boranian, président de la CSCA Méditerranée qui totalise 185 adhérents courtiers. Pour lui, il s’agit évidemment de transformer une contrainte en opportunité de développement à l’heure où les demandes de couverture vont s’accélérer en anticipation de RGPD.

Pour rappel, les entreprises seront légalement contraintes de veiller à ce que les données personnelles stockées dans leurs systèmes soient à tout moment et en tout lieu sécurisées contre les risques de pertes, de vol, de divulgation ou contre toute autre compromission. Si malgré tout, elles étaient piratées, elles devraient le notifier dans les plus brefs délais à la CNIL et informer les personnes concernées.

Données de santé : une majorité de Français prête à les partager

Plus de huit Français sur dix sont favorables au partage des données de santé, révèle un sondage Odoxa pour le Healthcare Data Institute, dans son étude publiée en novembre dernier.

Les Français sont désormais largement convaincus du potentiel des données de santé, car ils ont compris que l’utilisation de ces données représente un enjeu à la fois individuel et collectif. Ils se disent aussi majoritairement prêts à les partager, révèlent les résultats d’un sondage Odoxa pour le Healthcare Data Institute (HDI, premier Think Tank international consacré au Big Data dans le domaine de la santé, dévoilés à l’occasion de la troisième édition du HDI Day le 16 novembre dernier.

Seulement pour de bonnes causes

Près de trois quarts des Français (72 %) estiment que les données de santé peuvent permettre de faire avancer la recherche médicale et d’améliorer la santé de tous, et plus de 80 % d’entre eux se déclarent favorables au partage de ces données pour de grandes causes.

En revanche, les sondés souhaitent que toutes les précautions soient prises pour protéger leurs données et s’assurer du bien-fondé de leur utilisation. Au-delà de l’anonymisation et de la sécurisation des données, les Français accepteraient de partager leurs données s’ils savent à quelles fins et par qui elles seront utilisées.

Pas de chèque en blanc

A cet égard, les Français montrent une attitude un peu ambivalente, sans doute liée à la fréquence des scandales de piratage de données, parfois extrêmement confidentielles, qui peuvent très bien concerner des données de santé. Ainsi, pour se prémunir contre ces cas de figure, une majorité de Français (65 %) fait confiance aux institutions françaises pour mettre en place les conditions nécessaires à leur protection mais seuls 10 % en sont persuadés. Si la défiance a disparu, la confiance reste donc à consolider.

« Cette étude vient confirmer notre intuition. Les Français ont compris que le partage de ces données est primordial, pour eux à titre individuel, comme pour la collectivité, c’est-à-dire pour nous tous ! La question est plutôt de savoir, pour que soit favorisé ce partage, quelles sont les solutions innovantes qui vont permettre d’assurer la sécurité des données, c’est–à-dire les intérêts individuels, et ce, sans freiner l’innovation pour le bien commun. C’est le défi actuel ! », commente Thomas London, Président du Healthcare Data Institute.

 

Protéger sa vie privée en 6 étapes

Déjà plus de 2,6 millions de vues sur YouTube pour la nouvelle campagne lancée par la MGEN et la CNIL avec le célèbre YouTuber Kevin Tran pour la protection de la vie privée, rapporte le site de l’institution qui se préoccupe de la protection des données personnelles.

La MGEN et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ont fait appel au célèbre Youtuber Kevin Tran, Alias le Rire Jaune, pour lancer une campagne de sensibilisation aux usages responsables d’Internet et à la protection des données. Lancée le 28 juin sur YouTube dernier, la vidéo est, rapporte le site de la CNIL, « un véritable succès » et enregistre aujourd’hui plus de 2,6 millions de vues sur le réseau social.

L’idée de cette collaboration avec Kevin Tran est née en juin 2017 à l’occasion de la remise des Trophées des Classes de la MGEN co-organisée avec la CNIL et le ministère de l’Education Nationale, dans le cadre de ProgEn Programme d’Education au Numérique initié il y a un an par Jean-Louis DAVET, Directeur Général MGEN. Le Youtuber aux 3,8 millions d’abonnés était l’invité de l’événement pour animer la cérémonie et récompenser les jeunes participants du programme.

Suite à l’engouement suscité par la présentation de Kevin Tran auprès des élèves, la MGEN et la CNIL ont décidé de confier au Youtuber la réalisation de leur nouvelle campagne de sensibilisation en direction des jeunes. Intitulée « Protéger sa vie privée en 6 étapes », la vidéo illustre de façon pertinente et décalée différents moyens de protéger ses données et sa vie privée sur Internet : créer des mots de passe solides, bien vérifier la confidentialité du contenu posté sur les réseaux, séparer les contenus professionnels des contenus plus personnels…

Les jeunes manquent de réflexes essentiels pour se protéger, et le Rire Jaune fait passer de façon simple et humoristique ces messages, essentiels à une utilisation d’Internet sans embûche. Cette action est soutenue par le collectif EDUCNUM. J’ai accepté d’aborder ce thème de la protection des données personnelles avec [La CNIL et la MGEN] car je sais qu’une partie de mon public est encore assez jeune et peut facilement être victime de personnes mal intentionnées sur la toile», déclare Kevin Tran.

Au travers de cette campagne qui vient couronner la première année du programme ProGen, la MGEN a exprimé sa volonté de faire de l’éducation à la protection des données un sujet fondamental :

La collaboration de la MGEN avec Kevin Tran illustre notre contribution à l’éducation et à la sensibilisation au numérique des enfants et adolescents. Notre engagement s’inscrit sur le long terme et nous lancerons prochainement bien d’autres initiatives en ce sens, vers des publics de plus en plus larges, notamment au niveau de l’ensemble du Groupe MGEN- Istya- Harmonie déclare Jean-Louis DAVET Directeur Général de la MGEN et prochain Directeur Général Délégué du Groupe mutualiste issu du rapprochement entre la MGEN et d’autres groupes mutualistes, parmi lesquels Istya et Harmonie Mutuelle.

Une bonne connaissance de la part de nos adhérents des outils numériques et de l’environnement connecté est une étape indispensable pour qu’ils puissent bénéficier des promesses de l’e-santé de manière consentie, dans le respect de règles éthiques fondamentales. Personnalisation des services et protection de la vie privée doivent se construire ensemble, et il est important d’impliquer les adhérents dans la définition d’un équilibre qui convienne à chacun, poursuit-il.

L’éducation au numérique constitue pour la CNIL une priorité stratégique. Aujourd’hui, il est primordial de détenir les clés de compréhension de l’univers numérique si l’on veut garder la main sur ses données et se comporter en citoyen numérique. Les jeunes sont particulièrement exposés dans ce monde numérique, c’est pourquoi, lorsque la MGEN, qui fait partie du collectif EDUCNUM [initié par la CNIL en mai 2013 et qui regroupe aujourd’hui 60 acteurs de l’éducation, de la recherche et de l’économie numérique], nous a proposé de travailler avec un Youtuber pour parler aux jeunes des usages responsables d’Internet, nous avons considéré que c’était là un excellent moyen de toucher notre cible ! Kevin a su trouver le ton juste et rendre la protection des données plus concrète, en s’appuyant sur des exemples de la vie de tous les jours, déclare Isabelle FALQUE-PIERROTIN, Présidente de la CNIL

 

 

Le blocage des accès à Wikipédia en Turquie : Comment le contourner ?

En Turquie tous les accès à Wikipédia ont été interdits par le gouvernement. Les utilisateurs en Turquie ne peuvent plus se connecter à la plus grande encyclopédie en ligne du monde depuis avril dernier.

Le gouvernement turc a été accusé de fonctionner de même façon voire collaborer avec les groupes terroristes selon les articles publiés sur Wikipédia. Après que Wikipédia a refusé de les retirer, ils ont bloqué le site en toutes les langues. La liberté et l’indépendance de l’encyclopédie sont les principes importants sur lesquels la culture de Wikipédia s’est formée. Malgré toutes les objections défendant ces principes, l’accès n’est pas autorisé. Lire la suite

Linux, la force tranquille

Logo de GNU Linux

Et toi, t’es plutôt Windows ou Mac OS ? Ni l’un ni l’autre, répondent les 500 supercalculateurs les plus puissants du monde. Depuis hier, ils tournent tous sous Linux. Retour sur un OS aussi répandu que méconnu.

Le grand public le connaît mal, et il est souvent perçu comme un système d’exploitation réservé aux initiés. Pourtant, Linux est partout derrière nos écrans. Sans lui, de très nombreux sites et serveurs ne tourneraient pas, et 80% des smartphones non plus. En fait, tous ceux équipés d’Android l’utilisent. Linux, c’est un système d’exploitation open source créé en 1991 par Linus Torvalds qui participera à la tendance du logiciel libre, et s’inscrira comme une des plus belles réussites de l’esprit hacker. A la différence de ses confrères Windows et Mac OS, son code source est disponible en intégralité sur la toile. Un gage de transparence qui a permis aux bidouilleurs du monde entier de modeler, modifier et améliorer le code pour créer des dizaines de distributions différentes basées sur l’OS original. Car la philosophie derrière Linux, c’est avant tout de reprendre le contrôle de son ordinateur. Là où les OS de Microsoft et d’Apple tendent vers un verrouillage toujours plus fort de l’expérience utilisateur, Linux garanti le contrôle total de sa machine. Les initiés le disent tous, avec Linux on se rapproche de son ordinateur. Alors certes, il y a un prix à payer pour jouir de cette liberté, il faut se familiariser avec le bash, la console Linux. Une fenêtre noire, a priori pas très intuitive, dans laquelle il faut taper ses instructions.

Le Terminal Linux

Là où Windows et Mac le font pour vous, Linux vous remet au boulot. Sur Windows comme sur Mac, la console reste le plus souvent invisible. On l’a trop souvent oublié, mais derrière les programmes que nous utilisons chaque jour, il y a des instructions informatiques. Cliquer sur votre raccourci « Word 2017 », ce n’est pas qu’un mouvement de doigt, c’est aussi envoyer une ligne de commande à votre ordinateur qui va exécuter le programme demandé. Linux se passe la plupart du temps de raccourci et s’en tient à la ligne de commande. A vous de l’écrire, et de commander directement votre ordinateur. Une liberté qui a séduit les professionnels depuis longtemps. Impossible de traverser les bureaux d’une société informatique sans voir un salarié faire tourner sa bécane sous Linux. En allant puiser dans cet OS révolutionnaire et open source, de nombreux projets ont pu naître partout sur la toile. Désormais, Linux aide les chercheurs à repousser les limites de la puissance de calcul. Depuis hier, Linux règne sur les supercalculateurs, ces ordinateurs d’une puissance phénoménale souvent utilisés pour la recherche. Les 500 d’entre eux les plus importants se sont tous tourné vers l’OS au petit pingouin, qui à la seule force de l’open source a conquis l’informatique du monde entier.

Pourquoi Facebook intègre Spotify à sa plateforme Messenger ?

Avec de nombreux nouveautés et mises a jour effectuées sur le géant réseau social Facebook cette année, c’est le site web de streaming de musique Spotify qui fait son entrée au sein de Messenger, la plateforme de Facebook. L’utilisateur peut désormais partager des chansons avec ses amis ou encore créer des playlists en commun avec eux.  Mais, quels intérêts pour ces deux dispositifs de fusionner ?

Auparavant, les utilisateurs partageaient des liens de musique dans une conversation soit le publiait sur le mur de leurs amis. Depuis 2016 les internautes peuvent s’envoyer des chansons dans des discussions directement de la messagerie du réseau social ou encore mettre en place des playlists en commun qui peuvent être compléter par les membres d’un même groupe. 

Mais encore, en avril 2017 avec « M », l’assistant virtuel de Facebook assimilé a Messenger, l’internaute peut écrire la phrase « chercher une musique » ou « jouer de la musique » dans une discussion et une suggestion sera automatiquement proposée. Pourtant les morceaux recherchés ne peuvent pas être écoutées directement sur Messenger, la personne sera redirigée automatiquement sur la plateforme de Spotify. C’est en cliquant en bas à gauche sur le bouton « + » de la discussion que l’on a la possibilité de choisir l’extension de Spotify ou encore celle de Apple Music.

Lire la suite

La Face Cachée d’Internet, le livre incontournable pour comprendre les enjeux du numérique

Rayna Stamboliyska. Retenez ce nom, c’est la personne qui vous permettra de comprendre ce qu’il se passe dès que vous vous connectez à Internet depuis vos ordinateurs, smartphones et tablettes, et qui détruit une bonne fois pour toutes les clichés trop facilement véhiculés sur les hackers, le darknet et l’utilisation de vos données personnelles. Entre autres. Lire la suite

E. Philippe promet l’internet à haut débit pour tous en 2020

Profitant de la Conférence des Territoires délocalisée dans le Lot le 14 décembre dernier, le Premier ministre Édouard Philippe a promis le déploiement du haut débit dans toute la France d’ici 2020. Certaines régions n’ayant toujours pas de connexion internet satisfaisante. Lire la suite

Looking Glass : l’opération de promotion manquée de Firefox

Rami Malek, dans le rôle d’Elliot Alderson, le pirate informatique qui a le rôle principal de la série Mr Robot. / WikimediaCommonsJeanLuz

Le navigateur web a installé à distance, et sans leur consentement, une extension à ses utilisateurs. Intitulée « Looking Glass », elle renvoyait vers un jeu promotionnel pour la saison 3 de la série Mr. Robot, tout juste sortie aux Etats-Unis. L’opération de promotion a tourné court devant le mécontentement des internautes.  Lire la suite