City of Heroes, la mort du phénix

Dans les rues de Paragon City, les drapeaux sont baissés. Les super-héros ont déserté l’espace aérien, les super-vilains étouffent leurs larmes sous leurs capes. Ce soir, vendredi 30 novembre 2012 à 20h (11:59:59PM à l’heure du pacifique), le MMO City of Heroes clôt définitivement l’intégralité de ses serveurs après huit ans de bons et loyaux services. Retour sur une belle aventure.

Développé par le studio NCSOFT (Aion, Guild Wars, Linestar…), le MMO proposait un immense monde ouvert en 3D dans lequel s’affrontaient super-héros et super-vilains. Parmi les nombreux points forts : une personnalisation quasi-infinie des personnages, un background aux petits oignons, un très grand choix de styles de combat, plusieurs centaines (milliers ?) de quêtes et des effets visuels très réussis. Depuis avril 2004 et à raison d’une mise à jour bi-mensuelle environ, le jeu avait pris le temps de s’enrichir et d’acquérir une profondeur rarement égalée.

Le déclin d’un super-monde

Cette décision vient clore une année bien difficile pour City of Heroes. Depuis le 30 mars dernier, les développeurs avaient annoncé l’arrêt des traductions françaises et allemandes pour les prochaines mises à jour. Avaient suivies la fermeture des sites officiels francophones et germanophones, ainsi que l’uniformisation des textes en anglais sur les serveurs Vigilance (FR) et Zukunft (DE). Ce choix des développeurs de recentrer leur communauté autour des serveurs américains pour sauver les meubles avait provoqué la colère des joueurs européens, en particuliers les fidèles qui suivaient l’aventure depuis début 2005, date de la sortie du jeu en France.

En définitive, la fermeture du jeu fut la suite logique de l’aventure en ces temps de concurrence toujours plus rude sur le marché des MMO. Fin septembre 2011, le jeu arrêtait sa formule d’abonnements pour passer à un mode free-to-play (comme l’a fait Aion quelques mois plus tard), cette nouvelle formule plus attractive sur le papier n’a toutefois pas suffit à sauver City of Heroes d’une noyade prévisible.

City of Heroes Freedom trailer

La flamme aura brillé jusqu’au bout

Contrairement à ses cousins Aion ou Guild Wars qui proposent des univers à base d’Heroic Fantasy, City of Heroes s’inspirait des supers héros tout droit sortis des comics Marvel. Une culture très américaine qui n’a jamais vraiment réussi à fédérer une grande communauté de fans au delà des USA. Les deux ou trois autres jeux qui s’inspiraient du même univers ne sont jamais arrivés à la cheville de City of Heroes, qui n’a cessé de proposer de nouvelles innovations, y compris quelques mois avant sa fermeture.

Depuis mardi dernier, la page facebook du jeu affiche une nouvelle bannière : une femme au milieu des flammes, telle Jean Grey renaissant de ses cendres. Cette fois ci, le phénix ne se relèvera pas. Bye bye Paragon City, tes héros te regretteront.

Plus d’infos sur City of Heroes :
https://www.facebook.com/CityofHeroes/
http://coh.jeuxonline.info/
http://na.cityofheroes.com/en/

Pas de quartier pour la surveillance sur la Toile

Dans les catacombes du monde numérique, une nouvelle vague de pirates est en train de prendre le large. Avec une simple boîte pour port d’attache et le drapeau noir – virtuel – à la tête de mort fièrement hissé sur l’antenne WIFI, ils mettent en place un réseau de pirate box indépendantes les unes des autres, et reconstruisent un petit monde virtuel où tout profit et tout contrôle sont impossibles. Lire la suite

Reporter sans frontière lutte contre la censure

« We Fight Censorship », traduction, « Nous combattons la censure » est le nom du nouveau site d’information, lancé le 27 novembre par l’association Reporters sans frontières (RSF). Un outil dont l’ambition est de rendre toute censure inefficace.

capture écran du site « We fight censorship »

« Si vous êtes un pouvoir, d’État ou sous une autre forme, et que vous voulez empêcher la diffusion d’une information, on fera en sorte, précisément grâce à la publication de cette information et aux relais qu’elle recevra, de lui donner un écho encore plus grand, qui devrait vous dissuader d’exercer la censure. » explique Christophe Deloire, directeur général de RSF, lors de la conférence de présentation du site. Lire la suite

« Des Apparences Trompeuses » : un choc en réalité augmentée

Le concept de réalité augmentée séduit de plus en plus de monde. Certains comme l’entreprise textile H&M, s’en servent comme une simple vitrine supplémentaire, mais d’autres y voient un enjeu bien plus important. C’est le cas de ce partenariat entre l’agence M&C Saatchi.GAD et l’association Enfance et Partage. Pour les 35 ans de l’association, un spot choc a été créé et la réalité augmentée est alors au service d’un message fort. Lire la suite

Paperplay: du papier au numérique

Associer du contenu numérique à une photo imprimée dans la presse papier est désormais possible grâce Paperplay. Une nouvelle technologie lancée par l’agence française de marketing Redshift. Explication.

Lire une bande annonce de série, regarder la vidéo d’un concert, participer à un jeu concours ou encore voir ou revoir l’action décisive d’un match de foot rien qu’en positionnant son smartphone au dessus d’une photo d’article imprimée : voilà le nouveau service proposé à la presse papier par la société « d’innovation numérique » parisienne Redshift. Objectif ? Créer un « pont » entre le papier et le numérique. Lire la suite

SFR : un blason redoré avec la 4G ?

Depuis le Freenami, [NDLR, néologisme qui fait référence au tsunami lié à l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie] SFR a connu un début d’année difficile. Son activité s’est affaiblie dès les premiers mois. Selon la rédaction du site d’informations sur les télécommunications « DEGROUPNEWS », la filiale Vivendi affiche une baisse de 0.9% de chiffre d’affaires sur un an. Par la même occasion elle dévoile le chiffre important de 620 000 qui correspond à la perte totale de clients. Mais pour maintenir un cap concurrentiel, l’opérateur mobile en mauvaise passe n’a pas dit son dernier mot. SFR compte bien jouer une de ces cartes joker : la 4G. Alors, succès ou annonce d’un échec ?

Lire la suite

Élections US: Instagram au service du journalisme

washingtonpost From White House reporter @amyegardner1: « A sea of soldiers at Fort Bliss holding up camera phones to catch the president. » #2012unfiltered #FtBliss #Obama

La NBC News, l’ABC World News et le Washington Post avaient décidé de surfer sur la vague des nouvelles pratiques journalistiques pour les élections presidentielles américaines. Les trois médias avaient équipé leurs reporters d’Iphone 4S dotés de l’application Instagram. Le but : suivre au jour le jour les candidats, les photographier, et partager instantanément leurs clichés sur la toile. Coulisses, débats et réunions, la campagne présidentielle américaine n’a plus de secret pour le Web 2.0.

Lire la suite