BiblioTech ou la bibliothèque du futur

Bouquin_électronique_iLiad_sur_une_pile_de_livre_dehors_au_soleil

Une bibliothèque aujourd’hui qu’est-ce que c’est ? La réponse semble évidente : un lieu calme, où les gens d’une ville se rende pour étudier ou emprunter des livres. Des livres ? Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ?
Un objet apparemment complètement hasbeen pour le comté de Bexar au Texas. Et oui, nous avons fait le grand saut dans le tout 2.0 et de nos jours plus question d’acheter les petits livres reliés qui fleurent bon la tradition. Nelson Wolff, le juge du comté de Bexar n’en démord pas, la bibliothèque de demain, c’est une bibliothèque numérique. Le projet est le premier de la sorte : créer un bâtiment où les livres seront remplacés par des liseuses empruntables. Une vraie bibliothèque en somme. Lire la suite

Google + bibliothèque de Lyon = Numelyo

La ville de Lyon a désormais sa propre bibliothèque numérique et ce grâce à un partenariat public/privé qui a rendu possible la numérisation de plus de 200 000 documents. Baptisé NUMELYO, la plateforme numérique donne accès gratuitement aux ouvrages de fonds ancien ainsi qu’à une importante collection de photographies, d’affiches, d’estampes, et d’archives de presse. Seuls les documents tombés dans le domaine public et ceux pour lesquels les ayants-droit ont donné leur accord sont numérisés.

numelyo Lire la suite

La RFID fait son marché

 

Associer une antenne à une puce électronique, c’est le principe de la radio-identification, une technologie servant à récupérer et à mémoriser des données à distance. Objet de vives controverses depuis son apparition il y a quelques années, la petite puce électronique est de plus en plus utilisée dans des domaines aussi divers que la santé, l’élevage, et même… l’éducation.

Lire la suite

Polémique autour du blocage de la pub sur internet par Free

Article disponible sur le site de France Info

Grâce à une mise à jour de sa Freebox, le fournisseur d’accès à Internet a mis en place un blocage par défaut de la publicité présente sur internet. Une mesure qui pose un problème économique pour de nombreux éditeurs de contenus en ligne.

Ce nouveau paramètre ne concerne que les Freebox de dernière génération, du modèle Freebox Revolution © Maxppp

Désormais, les utilisateurs de Freebox ne voient plus de publicités intempestives sur internet (ou presque). L’opérateur Free a mis à jour le système interne de sa box en y ajoutant une fonction de blocage des publicités. Cette fonctionnalité n’était jusque-là possible qu’en téléchargeant des modules complémentaires pour un navigateur. Elle est désormais activée par défaut, et quel que soit le navigateur utilisé.

La découverte de cette nouvelle fonction a provoqué un tollé sur Internet. Et pour cause : la publicité est la principale source de revenus d’une majorité de sites dont le contenu est gratuit. Si la publicité disparaît pour tous les utilisateurs Free (qui sont cinq millions selon l’opérateur), le prix d’un espace publicitaire peut baisser, soit un manque à gagner pour les sites.

Un danger pour la démocratie ?

L’affaire, déjà surnommée « Adgate » sur les réseaux sociaux, ne concernerait en réalité pas que les publicités. Selon le site spécialisé Numerama, les scripts Google Analytics (des codes de programmation qui permettent de compter le nombre de visiteurs sur une page) ont été eux aussi dans un premier temps bloqués. Dans la matinée de vendredi, Free a semble-t-il affiné ses filtres et cette fonction statistique n’est plus bloquée.

Pour Numerama, cette fonction soulève un véritable problème démocratique : « Free montre le pouvoir extraordinaire des fournisseurs d’accès à Internet sur l’information, qui peuvent décider d’altérer le contenu d’un site internet« , peut-on lire. Le problème étant que l’option est activée par défaut, et nécessite donc une démarche de l’utilisateur pour être désactivée – encore faut-il que celui-ci soit informé de la possibilité de la neutraliser.

« Cela porte atteinte à tout un tas de sites qui vivent de revenus publicitaires » selon Andrea Fradin, journaliste spécialisée

 

Réunion ministérielle prévue

La controverse a poussé la ministre déléguée à l’économie numérique, Fleur Pellerin, à réagir sur Twitter :

Peu fan de la pub intrusive, mais favorable à une solution du type no opt out par défaut. A discuter avec les éditeurs et Free 3 Janv 13

Elle demande donc elle aussi que l’option soit « no opt-out », c’est-à-dire qu’elle ne soit pas activée, par défaut. La ministre a par ailleurs annoncé qu’elle comptait recevoir au plus tôt Free et les éditeurs de contenu pour se mettre d’accord. Une rencontre qui pourrait avoir lieu lundi selon l’entourage de Fleur Pellerin.

L’annonce a aussi suscité des réactions sur les places boursières : à la bourse de Paris, le cours de l’action d’Iliad, maison mère de Free, était en baisse de 2,09% à la mi-journée vendredi.

La fonctionnalité activée par Free est encore en version « beta », quelques utilisateurs ayant remarqué que des publicités passaient encore à travers le filet. Il s’agirait en réalité d’une attaque de Free contre Google, les deux entreprises étant en différend commercial. Les abonnés à Free auraient notamment déjà des problèmes de débit concernant les vidéos publiées sur Youtube (qui appartient à Google).

 

Les soldes… sur le net !

50% des français iront faire leurs achats sur le net.

50% des français iront faire leurs achats sur le net.

Le 9 janvier vont débuter les soldes d’hiver. Si vous n’avez pas envie de vous retrouver au milieu de la foule, faites comme 50% des français… Privilégiez les soldes sur le net ! Réel avantage ou inconvénient, voici quelques conseils pour vous aider à choisir. Lire la suite