Quoi de neuf sur la planète Megaupload ?

La plateforme de téléchargement illégal a été mise hors ligne le 19 janvier 2012

En janvier dernier, le site de téléchargement illégal était brutalement mis hors-ligne par le FBI. Pourtant, des études ont récemment été menées démontrant que la fermeture de la plateforme a eu des effets néfastes sur la fréquentation des salles obscures, alors que Kim Dotcom, le fondateur de Megaupload, s’apprête à lancer son nouveau projet.

Inutile de le rappeler, la pilule a été très difficile à avaler pour certains : depuis le 19 janvier 2012, Megaupload n’est plus. Mis hors-ligne par une une opération menée par le FBI, le site de téléchargement illégal était considérée par les autorités comme étant une «entreprise criminelle internationale organisée». Kim Dotcom (Schmitz de son vrai nom), fondateur du site aux 50 millions de visiteurs quotidiens, générant quelques 175 millions de dollars de profit via les abonnements et la publicité, a été arrêté avec trois autres membres, comme de véritables criminels. Ils risquaient alors jusqu’à 20 ans de prison.

Un collectif nommé Anonymous n’a pas tardé à répondre. En riposte, les sites de gouvernements du monde entier et ceux de diverses industries américaines de télévision, de cinéma et de musique ont été attaqués par le collectif. Plusieurs heures durant, les pages web étaient modifiées, sont restées inaccessibles ou ont fonctionnées au ralenti.

Un rôle de promotion

Aujourd’hui pourtant, une étude réalisée par des chercheurs de l’école de gestion de Munich et de l’école de commerce de Copenhague a démontré que la fermeture de Megaupload n’a eu d’autre effet que celui de nuire à l’industrie du cinéma. En passant au crible les chiffres du box office de 1344 films dans 49 pays entre 2007 et 2012, et croisant ces données avec d’autres facteurs tels que l’inflation, le taux de pénétration d’Internet et la popularité de Megaupload dans les pays étudiés, la conclusion est sans appel : les revenus de l’industrie du cinéma ont baissé, et cela ne peut être dû qu’à la fermeture du site de téléchargement illégal. D’après leur thèse, le site jouait un rôle de promotion, surtout pour les films à petits budgets, beaucoup plus affecté par la disparition de la plateforme de téléchargement que les blockbusters.

L’arrestation fracassante par le FBI de Kim Dotcom et de ses acolytes peut donc paraître aujourd’hui bien exagérée. Ce dernier travaille d’ailleurs depuis plusieurs mois sur un nouveau site, Mega – prochainement accessible via la simple adresse me.ga – qui se revendique comme étant un hébergeur au même titre que Youtube. Les leçons ont été tirées de l’échec Megaupload : désormais, les internautes stockeront des fichiers sur une plateforme cryptée et décentralisée. Ce nouveau site fera appel à plusieurs prestataires dans le monde, contrairement à son prédécesseur dont les données étaient hébergées sur des serveurs localisés aux Etats-Unis, ce qui a permis au FBI d’en faire la saisie. De plus, le « .ga », domaine réservé au Gabon, permet d’éviter tout contrôle des autorités américaines. La plateforme devrait être officiellement lancée le 19 janvier prochain, un an presque jour pour jour après la fermeture brutale de Megaupload. Le site promet déjà de changer le monde.

2 réflexions au sujet de « Quoi de neuf sur la planète Megaupload ? »

  1. Ce qui est étrange dans cette histoire, c’est que Dotcom s’est engagé dans une période d’un an à ne pas remettre en ligne Megaupload ou tout site de partage. Hors cette période expire en février ou en mars il me semble, et son nouveau service Mega a bien l’air de reprendre ce qui a fait le succès de Megaupload.

    Alors, sortira, sortira pas?

  2. comme quoi le f b i et ses « partenaires » français compris se trompent de cible de plus freinent le progrès et ne sont pas la pensée ultime il faut toujours essayé de réfléchir par soi même et non se laisser dicter une conduite par les autres et cela et valable pour tout le monde bonne journée

Les commentaires sont fermés.