Google d’accord avec la presse belge

Google a trouvé un accord avec les éditeurs de presse francophone belge.

Google a trouvé un accord avec les éditeurs de presse francophone belge.

Un accord a enfin été trouvé, mercredi 12 décembre, entre les éditeurs belges de presse francophone et Google, concernant l’action en justice engagée en 2006 pour violation des droits d’auteurs. L’issue de cette affaire n’a toutefois pas abouti sur des indemnisations pour l’inclusion de contenus des journaux dans leur service. Les éditeurs français ne pourront donc pas encore se réjouir de voir Google céder. 

Pra le biais d’un communiqué, publié mercredi  12 décembre, le moteur de recherche Google a confirmé l’existence d’un accord avec la presse belge francophone (Le Soir, La Libre Belgique, L’Avenir…) suite aux poursuites judiciaires entamées en 2006 pour violation de droit d’auteur.

Selon l’AFP, le groupe américain a cependant nié avoir accepté d’indemniser les journaux pour usage illicite de leurs contenus. L’accord ne prévoit qu’un futur partenariat commercial contrairement à ce que Le Monde affirmait par le biais de son site internet. Les différentes parties ont nié les indemnités annoncées par le quotidien français qui seraient comprises entre 2% et 3% du chiffre d’affaires de la presse belge francophone, soit près de 5 millions d’euros.

La voie judiciaire, un exemple à suivre pour les éditeurs français?

« Nous avons décidé avec les quotidiens de collaborer et d’arrêter sept ans de litiges fatigants pour tout le monde, de mettre toutes ces guerres du passé de côté, et de travailler sur un partenariat », a confirmé à l’AFP Thierry Geerts, patron de Google Belgique. « Cet accord ne va pas résoudre tous nos enjeux de business, mais on va trouver de nouvelles formes de coopération intelligentes », a ajouté de son côté Francois Le Hodey, représentant des éditeurs de presse belges.
Google vs Copiepresse
L’issue de cette action en justice aurait pu faire réjouir d’autres éditeurs européens comme les français. Selon le bloggeur Erwann Gaucher, Google a toutefois tenu à insister sur le fait qu’il « ne paiera pas de taxe aux journaux pour indexer leur contenu ». Les éditeurs français, qui sont restés toujours présents sur Google actualités, ne peuvent donc pour l’instant pas prendre exemple sur leurs voisins belges. « Leur lobbying politique dans les couloirs de l’Elysée et des ministères » n’aurait pas eu l’effet escompté. Seule une condamnation de Google devant la justice permettrait de faire avancer les négociations des éditeurs de l’hexagone.

Une réflexion au sujet de « Google d’accord avec la presse belge »

Les commentaires sont fermés.