Quels outils pour protéger sa vie privée en ligne?

Les révélation d’Edward Snowden cet été ont montré au monde entier que la NSA, via le programme PRISM pouvait avoir accès à vos données quasiment où qu’elles soient. En France la Loi sur la programmation militaire fait planer l’inquiétude en raison des clauses liées à la surveillance du web. Que vous ayez ou non quelque chose à cacher, vous avez le droit de vouloir garder le contrôle de vos données personnelles. Voici donc quelques solutions pour mieux gérer vos traces sur le net.

National Security Agency seal

National Security Agency seal

Cet article se voulant généraliste, il abordera avant tout le sujet du point de vue de Windows et Mac OS. La plupart des conseils donnés ici sont cependant applicables sous Linux, qui est cependant moins exposé que ces systèmes, en général.

Même votre navigateur peut commettre des indiscrétions

On n’y pense pas forcément, mais une bonne protection de ses données sur le net commence d’abord par le choix de son navigateur. Nous n’aborderons pas ici le cas d’Internet Explorer et de Safari qui sont tous deux trop liés à Windows et à Mac OS pour être considérés comme sûrs.

Ici, si vous cherchez véritablement à éviter toutes Firefoxcommunications non-désirées entre votre navigateur et des entreprises tierces, il n’y a pas beaucoup de choix, le seul navigateur non-propriétaire qui n’envoie pas de données sans vous le demander est Mozilla Firefox.

Si vous êtes véritablement allergiques à Firefox (ou trop attachés à Webkit) vous pouvez toujours utiliser Chromium, la version libre de Google Chrome qui n’est malheureusement pas totalement dépourvue des mouchards de la firme, ou encore Opera, logiciel propriétaire qui utilise depuis peu le moteur de rendu de Chrome. Dans tous les cas il s’agit d’un moindre mal face à des logiciels très bavards sur vos habitudes de surf tels que Chrome ou IE.

Une autre alternative peut-être Epic Privacy Browser, basé sur le moteur Webkit et qui se présente comme défenseur de la vie privée de ses utilisateurs. Cependant, comme SRWare Iron (fork de Chromium présenté comme vierge de trackers), il est édité par une société privée et peu de tests existent à son sujet.

 

Se prémunir des trackers, ces chevaux de troie des sites web

Les trackers sont des dispositifs (scripts, cookies…) utilisés par des compagnies pour suivre à la trace les usagers du net et leurs déplacements de sites en sites. Saviez-vous, par exemple que chaque fois qu’un site possède un bouton « like » sur sa page, celui-ci envoie des informations à facebook comme quoi votre compte (si vous êtes connectés) ou votre ordinateur (et les comptes facebook qui s’y sont déjà connectés) a visité ce site? Cela permet même à la firme de M. Zuckerberg de créer des comptes « fantômes » pour pister les habitudes des non-inscrits. Le tracking est donc le moyen idéal pour proposer de la publicité ciblée, faire varier les prix sur les sites en fonction du visiteur, et cætera.

Une des solutions les plus rapides pour éliminer une partie du tracking est de demander à son navigateur d’envoyer un message « do not track » aux sites visités, cela peut être effectué au moyen d’une simple option à cocher dans n’importe quel navigateur un peu moderne. Le site donottrack.us donne plus d’informations sur ce standard et comment l’activer.

Cependant, nombre de sites peu scrupuleux ignorent tout bonnement ces requêtes et cherchent même à les contourner. Dans ce cas, il faut avoir recours à des extensions du navigateur pour éliminer ces pisteurs indésirables.

 

Logo disconnect

Disconnect est compatible avec Firefox, Chrome, Safari et Opera et permet de bloquer ces sites, vous faisant à la fois gagner en sécurité, mais aussi en bande passante, puisque votre navigateur ne charge plus que la page demandée et pas les espions qui y sont accrochés. Disconnect est à préférer à Ghostery, qui fait le même travail, mais récolte des données qui lui permettent par exemple de produire ce genre d’infographies.

AdBlockAdblock Edge permet, quand à elle, de bloquer les publicités et les trackers qui vont avec. En effet, quand votre navigateur charge une publicité, cela envoie des informations à la régie qui la diffuse. De plus, cette extension permet aussi de bloquer d’autres trackers et les sites connus pour diffuser des logiciels malveillants (spywares, malwares, virus).

 

Pour les navigateurs autres que firefox, vous pouvez utiliser Adblock Plus, qui fait le même travail mais autorise par défaut des publicités dite « acceptables ». Pensez, dans tous les cas, à mettre sur liste blanche les sites que vous voudriez soutenir, si leurs revenus proviennent de la pub.

HTTPS Everywhre

 

Enfin, HTTPS Everywhere, développée en partenariat avec l’Electronic Frontier Foundation permet de forcer l’usage d’une connexion cryptée sur une grande partie des sites web, ce qui permet de renforcer la sécurité lors de transmission d’informations, en particulier sur les réseaux sans fil.

Pour aller plus loin

Si vous voulez en savoir un peu plus sur le tracking, et comment éviter les dérives liées à la publicité, le site Surfez Couverts propose un guide intéressant. Dans un prochain article, j’aborderai plus précisément les alternatives aux services des géants du web et de l’informatique en général (google, facebook, microsoft et consorts) afin de trouver des façons différentes de vivre le numérique, sans pour autant revenir à l’âge de pierre.

 

Adrien Lanzinger

Une réflexion au sujet de « Quels outils pour protéger sa vie privée en ligne? »

Les commentaires sont fermés.