NameTag, l’application qui met un nom sur un visage

Vous avez aperçu une jolie fille dans la rue ? Plus rapide que Spotted, NameTag, une application en cours de brevet, reconnait une personne simplement en scannant son visage et en la comparant sur sa base de données. Destinée au Googles Glass mais aussi aux systèmes tels que IOS et Android, NameTag défie les principes de vie privée en développant la reconnaissance faciale.

NameTag_Match

Il y avait Goggles pour identifier les bâtiments et les lieux publics. Il y avait aussi PlantNet, pour reconnaitre les plantes, seulement en les photographiant. Il y a aujourd’hui NameTag, un application créée par la société FacialNetwork. Il suffit à l’utilisateur de prendre une personne en photo. NameTag lance alors une recherche pour identifier l’inconnu photographié en le comparant à d’autres individus sur sa base de données, constitutée grâce aux réseaux sociaux. Ainsi, toutes les personnes ayant publié une photo d’eux sur les réseaux sociaux pourront être identifiées par l’application. Déjà 2,5 millions de profils sont recensés, selon Clubic. Annoncée mi-décembre et toujours à l’état de projet pour l’instant, l’application devrait être brevetée rapidement.

Des relations virtuelles aux rencontres réelles

La société américaine Facial Networks voit en cette application une nouvelle façon de relier les réseaux sociaux et la vie réelle, notamment concernant les sites de rencontres. “Je crois que cette application rendra les relations virtuelles et réelles plus sûres, et nous donnera une meilleure compréhension des personnes que l’on côtoie” explique l’un des créateurs de l’application, Kevin Tussy, sur le site de NameTag. “Il est bien plus facile de rencontrer de nouvelles personnes intéressantes lorsqu’on les regarde, qu’on regarde leur profil Facebook, leur page Linkedin ou leur profil sur les sites de rencontres. Souvent, quand nous le faisons, nous interagissons avec des personnes à l’aveugle. L’application NameTag sur Google Glasses permettra de changer tout ça.” Et plus loin que les sites de rencontre, Facial Network est déjà en possession de 450 000 fiches provenant des bases américaines de délinquants sexuels et criminels. De quoi changer de trottoir dès que l’occasion le permet.

jane nametag

Les utilisateurs de Facebook, Instagram et autres Twitter n’ont qu’à bien se tenir. Si pour l’instant Google a refusé d’établir un quelconque partenariat avec Facial Networks, l’application pourra cependant être supportée par les systèmes d’exploitation Android et IOS, et donc accessible sur smartphone. Sans compter qu’un utilisateur avisé pour aisément jailbreaker l’application pour l’installer sur les Google Glasses ou les nouvelles lunettes de la marque Epson, présentées au dernier CES, sous le nom de Moverio BT-200.

Aux critiques concernant la vie privée et l’utilisation des données, Facial Networks a déjà un discours bien rodé. “Les personnes seront bientôt en mesure de se connecter sur le site www.NameTag.ws et choisir les informations qui apparaîtront ou non aux autres utilisateurs. Il ne s’agit pas d’envahir la vie privée de quiconque; mais plutôt de connecter les personnes qui veulent se rapprocher. Nous permettrons aussi aux personnes d’avoir un profil visible pendant les heures de travail, et un autre qui sera accessible uniquement lors d’évènements de leur vie sociale. NameTag peut rendre le monde anonyme et immense dans lequel nous vivons en un endroit aussi avenant qu’une petite ville de province” continue Kevin Tussy.

Et voici comment fonctionne l’application, en vidéo

Gaelle Legrand