Smartphones : le journalisme 2.0

© techbox-journalisme-smartphone

© techbox-journalisme-smartphone

A l’heure où la presse papier est sur le déclin, le journalisme web s’active. Les contenus sont accessibles de partout et pour tous : l’actualité au bout des doigts. Et l’allié principal pour publier sur le web n’est plus seulement l’ordinateur mais bien le Smartphone. Nouvel outil compliqué ou ami du journaliste, le téléphone portable se glisse partout et les applications de tournage, montage et publication se multiplient.

Le « couteau-suisse » du journaliste

A l’ère de l’information 2.0, le Smartphone devient l’outil de référence en matière de reportage. Il n’est plus seulement pratique pour communiquer, surfer et échanger, il devient désormais  assez « intelligent » pour remplacer le travail de plusieurs personnes. Car avec le Smartphone plus besoin d’avoir un cameraman, un rédacteur et un monteur, toute votre équipe tiens dans votre poche. Les développeurs d’applications ont donc bien compris le besoin des journalistes d’avoir des outils pouvant incorporer différents médias (photo, vidéo, son). Storehouse par exemple, est une application qui permet en une dizaine de minutes de publier un article sur la toile. L’interface permet d’éditer des contenus diversifiés de façon rapide et ludique. Tout à la fois traitement de texte, enregistreur numérique, appareil photo, caméra vidéo, studio numérique et banc de montage, les Smartphones peuvent  aussi, au gré des besoins, avantageusement remplacer les lourds camions de direct de la télévision, ou les motos émettrices des radios.

S’adapter pour mieux avancer

Le système de travail sur Smartphone se développe rapidement et les médias proposent désormais de plus en plus de formations au travail sur téléphone à leurs journalistes. En Angleterre par exemple, The Telegraph a, en septembre dernier, invité ses journalistes à se former à la vidéo sur Smartphone. L’objectif étant d’améliorer les contenus posté sur le net. Ceux-ci doivent être percutants puisque que le lecteur, si au bout de 5 secondes de visionnage n’est pas intéressé par ce qu’il voit, changera de page. Ainsi, au cours d’une conférence, les reporters du Telegraph ont reçu des conseils de tournage pour réaliser des « vidéos qui déchirent ». Ben Clissitt, directeur du Telegraph, déclarait alors que « toutes les organisations ont l’avantage d’envoyer des journalistes dans des endroits où ils voient des choses que personne d’autre ne voit ». Avec le Smartphone ils peuvent quasiment instantanément  publier ces images. Suite à cette initiative, c’est l’institution de la BBC  qui a décidé de se mettre à la page, formant ainsi 800 de ses journalistes au reportage sur Smartphone.

Cette nouvelle méthode de reportage pourrait à terme avoir de gros impacts sur l’organisation au sein des rédactions.