Dubsmash : la nouvelle appli qui fait le buzz

Logo de Dubsmash

L’application mobile Dubsmash, la plus téléchargée du moment, n’en finit pas de faire le buzz ! Les vidéos de Dubsmash, des playbacks sur des sons, répliques de films ou chansons, cartonnent chez les ados mais aussi chez les jeunes adultes et envahissent les réseaux sociaux. Mais après l’engouement, l’application ne risque t’elle pas de s’essouffler ? Dubsmash doit trouver sa recette pour perdurer et rester incontournable chez les utilisateurs de smartphones.

Le phénomène mobile qui a animé vos fêtes de fin d’année et dont tout le monde parle c’est cette nouvelle application : DubsmashCréée en Allemagne, Dubsmash a fait son apparition sur l’ App Store le 18 novembre. Egalement disponible sur Google Play, elle avait déjà été téléchargée des millions de fois rien que début décembre. Le phénomène est né aux Pays-Bas et en Belgique avant d’arriver en France. L’appli occupe la troisième place dans le classement des applications gratuites les plus téléchargées sur l’AppStore. C’est donc un vrai engouement que Dubsmash a généré !

 Dubsmash, qu’est ce que c’est ?

Il s’agit  de se filmer en playback sur une chanson, une réplique de film ou son, grâce à cette application. On peut ensuite publier le rendu sur les réseaux sociaux (via Whatsapp, Facebook,…) ou bien l’envoyer par sms. Le résultat est presque aussi court qu’un Vine, se consomme à l’infini et se veut drôle.

Le concept a fait le buzz et a rencontré un succès fulgurant. Le partage, complètement intégré à Dubsmash, explique également la propagation rapide de l’application. Sur chaque vidéo, les créateurs de l’appli ont aussi eu la bonne idée d’apposer le nom Dubsmash.

Qu’en est-il des droits d’auteur?

Dubsmash pose cependant la question des droits d’auteur. En France, le principe de l’application s’appuie sur le droit « à la courte citation » avec des extraits de quelques secondes à peine. L’article L 122-5 du Code de la propriété intellectuelle précise que les courtes citations sont « justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées ». Mais dans la réalité, Dubsmash ne présente aucune information sur les œuvres originelles dont sont extraits les bandes sonores…

Certains estiment que l’utilisation des extraits est frauduleuse, et pourrait mettre en péril la survie de l’application. Ce qui ne convainc pas Damien Douani, expert en nouvelles technologies et co-fondateur de l’agence FaDa : « Dubsmash est plus menacée de passer de mode que d’être attaquée par les ayants droit ».

Une appli qui risque de s’essouffler ? 

L’application étant gratuite et sans publicité, il est difficile de cerner le modèle économique de la start-up. « L’important pour ces applications est de consolider une audience, ensuite vient le moment de monétiser », affirme Damien Douani.

Pour certains, Dubsmash ne sera qu’une passade, un bref et fugace buzz qui ne durera pas, à l’instar de nombreuses autres applications comme la dernière en date, Bitstrips. Cette application Facebook permettait de faire des montages, genre bande dessinée, en mettant en scène l’utilisateur avec d’autres personnages. L’appli n’avait  duré que 2-3 mois avant de devenir ringarde et d’être délaissée.

Mais l’engouement pour Dubsmash semble ne pas être de courte durée : l’appli a encore de beaux jours devant elle. Dubsmash s’appuie en effet sur le goût des adolescents pour le jeu avec les identités, les apparences et la mise en scène. De plus ,il faut ajouter la facilité d’utilisation et le partage. Il n’en faut pas plus pour séduire un public déjà conquis. « Les éditeurs vont devoir trouver la recette pour se renouveler : faire évoluer le stock de citations, proposer de nouvelles fonctionnalités, nouer des partenariats », explique Damien Douani.

La nouvelle appli pourrait devenir un succès sur la durée comme se fut le cas pour l’appli Snapchat (application pour smartphones qui permet d’envoyer des photos et vidéos éphémères) qui s’est installée durablement et est devenue incontournable. Reste cependant à savoir si l’utilisation de Dubsmash s’inscrira dans les habitudes des utilisateurs…

C.C