La navigation privée au cœur de Firefox 42

La nouvelle version de Firefox, sortie le 7 novembre dernier, contient plusieurs nouvelles fonctionnalités. Parmi elles, la Tracking Protection. Son objectif est d’aider les internautes à se protéger davantage face à la collecte des données en ligne, et également d’empêcher l’affichage des publicités. Explications.

Sans titre

Mozilla Firefox, un navigateur libre depuis 2004.

Firefox veut du changement. En effet, le navigateur qui équipe environ un ordinateur sur cinq a mis en place des modifications dans son mode « navigation privée » Jusqu’à maintenant, il permettait seulement de ne pas sauvegarder certains éléments, comme l’historique des pages visitées, les mots de passe ou les cookies. La fonction Tracking Protection intégrée à Firefox 42 permet désormais de bloquer les publicités, les outils analytiques et les boutons de partage. En définitive, une protection bien plus puissante que sur la version précédente. Cette dernière est symbolisée par un petit bouclier visible dans la barre d’adresses. Cependant, elle ne fonctionne pas par défaut. Il est donc possible de l’activer et la désactiver au cas par cas, selon les sites visités.

Des réactions mitigées

En ce temps où le respect de la vie privée sur Internet semble être une valeur presque inexistante, cette nouveauté est particulièrement bien accueillie par les internautes. En effet, ils sont de plus en plus agacés par le manque d’anonymat, et la présence de publicités sur les sites qu’ils consultent. Avec cette mesure, la navigation est désormais plus agréable, et davantage sécurisée.

Pourtant, pour les sites Internet, cela s’apparente à une mauvaise nouvelle. Le pistage constitue en effet une source de renseignements précieuse pour eux, notamment pour tout ce qui touche à la fréquentation : les pages les plus regardées, les navigateurs utilisés, les définitions d’écran majoritaires. Ces données leur étaient particulièrement utiles, mais elles seront désormais moins évidentes à obtenir.
Ce sont également les éditeurs de contenus qui sont touchés par cette innovation. En effet, elle représente une nouvelle menace pour la publicité en ligne. Le premier épisode avait eu lieu en septembre, lorsqu’Apple avait annoncé la prise en charge de logiciels bloqueurs par le nouvel iOS. Déjà impactés par cette décision, les créateurs de contenus le seront davantage encore par ce nouveau changement. Il intervient dans un contexte où l’adoption croissante de ce type de bloqueurs crispe l’industrie de la publicité, qui cherche des solutions pour continuer à apparaître sur le Web.

Quel avenir pour la publicité ?

C’est la première fois qu’un bloqueur de publicités est intégré par défaut dans un navigateur détenant une forte part de marché. Quelques années auparavant, Firefox avait déjà été pionnier, lorsqu’il avait permis d’empêcher l’ouverture des pop-up. Très rapidement, ses concurrents l’avaient imité et cela avait contraint les créateurs de contenus à trouver de nouvelles méthodes pour continuer à exister. Le Web a cette capacité à évoluer, on imagine donc que d’autres moyens vont naître pour maintenir l’affichage des publicités.

En définitive, si d’autres fonctionnalités sont apparues avec Firefox 42, c’est bien le respect de la vie privée et la lutte contre la publicité intempestive qui sont au cœur de cette nouvelle mouture. Les inquiétudes engendrées par la collecte des données personnelles étant au cœur des interrogations des internautes, Mozilla espère bien ainsi rattraper son retard sur ses concurrents. Notamment Google, dont le navigateur est devenu depuis plusieurs mois l’alternative numéro un à Internet Explorer.