Vidéo à la verticale : le renversement d’une pratique ?

La rotation automatique des écrans de smartphone est en passe de devenir obsolète. Désormais une vidéo doit pouvoir se regarder telle qu’elle a été conçue, c’est à dire verticalement. Du moins si on en croit les dernières tendances.

Photo prise à la 50ème conférence de Munich sur la sécurité en 2014

Photo prise à la 50ème conférence de Munich sur la sécurité en 2014

Avec des téléphones de plus en plus performants, on assiste au renversement d’une pratique. La sélection de son smartphone ne relève plus seulement du ludique, mais est bien souvent en prise avec des objectifs sociaux ou professionnels. La question de l’enregistrement de souvenirs personnels a été dépassée par la nécessité de partager son quotidien. On peut parler d’une nouvelle génération “selfie”, accrochée aux photos mais gourmande en vidéo. Ce changement n’est pas juste générationnel, il est aussi technologique. Il signifie que la manière dont on a créé des contenus ces dernières décennies est en passe de changer.

L’humour, l’horreur ou l’imprévu sont souvent brefs et intenses. C’est ce qui fait leur charme. C’est ce qui fait qu’on doit apprendre à les capter rapidement. Parce que l’audience connectée est massive, et prête à réagir. Pour pouvoir les diffuser facilement, une multiplicité de plate-formes existent déjà : Vine, Snapchat, Instagram,… Chacune est adaptée à différents types de partages. Et si l’échelle d’audience peut varier, le format de diffusion, lui, reste figé.

Une adaptation difficile

Sauf que cela pose un problème à bien des diffuseurs de contenus, à commencer par Youtube. En effet, le site héberge régulièrement des vidéos verticales encerclées par deux épaisses bandes floues ou noires. Outre un inconfort visuel, ce genre d’images sont souvent de basses qualités, ce qui rend leur visualisation désagréable. Et pourtant, ces vidéos explosent parfois des records de vues. Notamment lorsqu’elle concerne une actualité chaude, et plus seulement une plaisanterie personnelle.

Récemment, les images réalisées en direct par le journaliste du Monde Daniel Psenny, au moment de la prise d’otages au Bataclan, ont par exemple fait le tour de la toile. Elles ont été vues 16 976 511 fois sur Dailymotion. Si cette vidéo, particulièrement choquante, n’a pas été diffusée directement à la télévision, plusieurs chaînes ont déjà montrées qu’elles étaient prêtes à passer des images amateurs par nécessité. Et ce, alors même que le rendu visuel laisse à désirer.

Des idées novatrices

Certains ont donc fait le pari de passer au tout vertical. C’est le cas du journal allemand Bild qui vient de lancer un JT vertical à la fois sur son site, mais aussi sur les différentes applications qu’il utilise. Le dispositif permet un nouveau tête à tête entre journalistes et spectateurs. En effet, le rapport hiérarchique, jusqu’alors lié au besoin d’information, prend soudainement la forme d’un « FaceTime », interactions mises à part. A Genève, une chaîne locale, Le Léman Bleu, a, de son côté, fait le pari de réaliser l’ensemble de ses productions avec des Iphone 6 le temps d’un été.

La question n’est donc pas de substituer le format horizontal, mais bien d’apprendre à créer des images verticales de qualité et adaptées à de multiples interfaces. Et même si le décalage persiste entre contenu et contenant, on peut au moins dire que la transition est en marche.

Une réflexion au sujet de « Vidéo à la verticale : le renversement d’une pratique ? »

  1. Ping : Snapchat Discover : un succès éphémère ? | Cultures Numériques reMasterisées

Les commentaires sont fermés.