Les easter eggs dans les jeux vidéo

Easter egg dans Duke Nukem 3D: Atomic Edition

Easter egg dans Duke Nukem 3D: Atomic Edition

Qu’il s’agisse d’une licorne expulsant des arcs-en-ciel explosifs de son derrière, d’un lapin géant sortant de la mer, ou tout simplement de niveaux cachés ou de pièces secrètes, les easter eggs (littéralement œufs de Pâques, en anglais) sont des éléments cachés par les programmeurs dans les jeux vidéo; que les hardcore gamers peuvent chercher pendant plusieurs heures voire des années. Mais comment ce contenu est utilisé et qu’est ce qu’il signifie ?

Une manière de se rebeller

Il y a des controverses sur les origines de cette pratique, mais beaucoup s’accordent à dire que le premier easter egg que l’on a trouvé était caché dans le jeu Adventure, sorti en 1979 sur la fameuse console Atari 2600. Durant cette période où le marché du jeu vidéo est en plein essor, les développeurs de jeux vidéo n’ont pourtant pas une grande notoriété auprès du public, du fait, leurs noms n’apparaissent pas dans les génériques de fin. Dans le cas de Adventure, seul le logo Atari est mis en avant dans les crédits, de quoi faire naître un sentiment d’injustice et de frustration, celle de ne pas être associé à une oeuvre que l’on a élaboré et dont on est fier. C’est pour cette raison que Warren Robinett, le développeur d’Adventure, décide de cacher un easter egg qui consiste à déplacer un carré à un endroit précis pour y voir “Created by Warren Robinett”.

« C’est une manière de se rebeller contre l’ordre établi », estime Matias Myllyrinne, patron de Remedy Entertainment (studio finlandais à l’origine notamment de Max Payne 1 et 2). « D’une certaine façon, les easter eggs sont les héritiers de l’esprit punk rock des années 70 », ajoute son frère Juuso, directeur stratégique numérique du réseau publicitaire TBWA. Depuis Adventure, les easter eggs se sont démocratisés chez les développeurs de jeux vidéo, ils sont des clins d’oeil, témoignent d’une complicité avec le joueur, comme pour le remercier d’avoir passé des heures pour dénicher un contenu original sur un jeu qu’il affectionne.

Mais ce procédé peut aller trop loin, comme l’a prouvé le programme caché “Hot Coffee”, un mini-jeu pour adulte de GTA: San Andreas dans sa version PC sortie en 2005. Ce programme, qui avait sensé être effacé 8 semaines avant la commercialisation du jeu, a été découvert par hasard par un jeune joueur. La découverte de ce mini-jeu a provoqué un scandale, qui a par ailleurs coûté 20 millions de dollars à TakeTwo Interactive, l’entreprise éditrice du jeu. 

Cela n’a pas pour autant réduit la pratique des easter eggs, qui se sont au contraire démocratisés pour migrer en dehors des frontières du jeu vidéo, comme le programme Flight Simulation de Excel, ou des nombreuses références à la culture populaire cachées dans le moteur de recherche Google.

42