Residente.com: lorsque notre écran devient une fenêtre sur le monde

« Je suis Residente. J’ai décidé de faire de la musique basée sur mon ADN. J’ai voyagé dans différents endroits du monde, recueillant des sons et découvrant des histoires. Nous sommes tous résidents de l’espace que nous occupons, et dans notre espace les frontières n’existent pas », exprime le rappeur portoricain lorsque l’internaute se plonge dans son nouveau projet de site web immersif.

Par Natalia Oelsner

Après avoir réalisé un test ADN qui dévoilait les multi-origines de l’artiste, Residente est parti aux quatre coins du monde en quête de ses racines. Sur la trace de ses ancêtres, le chanteur a visité de nombreux villes et pays comme le Ghana, l’Ossétie, l’Azerbaïdjan, le Burkina Faso, le Niger, la Russie, la Géorgie, l’Arménie, Pékin, Londres, la Sibérie, la Serbie, le Niger, l’Espagne et Porto Rico. Tous ces endroits dont les médias mainstream ignorent, puisque pour l’artiste, une des choses essentielles de son voyage est d’évoquer les problèmes actuels liés à l’immigration et à la discrimination.

Ce projet et travail d’investigation ambitieux a permis d’aboutir à un album, un documentaire, un livre et une extraordinaire plateforme lancée en décembre 2016 qui retrace le voyage musical qui lui a servi d’inspiration pour créer son premier album en solo.

Cette plateforme interactive démontre la manière dont les artistes cherchent en permanence à innover grâce aux nouvelles possibilités proposées par le Web 2.0. À travers cette carte interactive, le rappeur nous amène donc à découvrir les racines de son projet.

Comme d’autres l’ont déjà expérimenté auparavant, le rappeur a parié sur une navigation de plus en plus naturelle et intuitive en créant de nouvelles formes de lecture et parcours sur l’information. Les exigences des internautes ont changé et les schémas classiques de navigation ne répondent plus à leurs attentes. Cette mise en forme a donc pour objectif de répondre à différents usages. À travers une navigation narrative, le site raconte une histoire qui peut se lire de diverses manières. Une expérience immersive, avec des transitions, des interactions (cursor move) et des animations très travaillées. Après le message transmis par Residente, l’utilisateur a la possibilité de commencer son voyage vers quatre destinations différentes: le Nord, l’Ouest, le Sud ou bien l’Est.

Cette dynamique offre ainsi une infinité de lectures différentes à l’internaute, selon les coordonnées où il place son curseur. À travers cette immersion, il est désormais possible de connaître plus en profondeur le processus créatif de l’artiste. Le site propose non seulement des informations à propos de chaque région, mais aussi des « teasers », des graphiques, des fragments de chansons qui élargissent la zone d’interaction et des photos qui sont propres à l’endroit. Des animations qui interpellent nos cinq sens.

Les sons, les images et le design parlent un langage universel que tout le monde est censé comprendre, notamment à travers des symboles représentant chaque lieu. Ces aspects témoignent d’influences urbaines et des sonorités liées, entre autres, aux racines latines, asiatiques, africaines et slaves.

Dès que le cybernaute arrive sur le site, l’interface détecte sa localisation. Au fur et à mesure que l’internaute avance sur la carte et joue avec la plateforme, il obtient des informations sur les régions : la distance en kilomètres, le nombre d’habitants et le nombre de téléphones mobiles. Il a également le choix d’enregistrer son prénom et un petit message pour les autres visiteurs du site. De cette manière, il est possible de localiser les autres « résidents » qui se sont rendus sur le site et par conséquent de savoir à combien de kilomètres ils se trouvent. Toujours en respectant l’essence de l’interface : nous sommes tous citoyens du même monde.

À travers cette interactivité, l’expérience devient donc un acte partagé en combinant le réel et le virtuel. Cette interaction évolutive, relative, multimodale et impliquante modifie la relation entre l’internaute et son interface. Tout cela permet à l’utilisateur de vivre le site d’une manière plus intime puisqu’il est lui-même mis en scène à travers une identité virtuelle qui lui est attribuée. L’univers dans lequel il se situe est soumis, dans une certaine manière, aux règles qu’il impose. L’internaute devient donc à son tour, un « résident » de l’univers qu’il découvre.

Le petit écran de notre ordinateur se convertit alors en une fenêtre sur le monde, avec des paysages impressionnants et des cultures diverses et variées.

Il semble évident que le site Internet matérialise le concept de ce nouveau projet dans sa totalité :

« Ce ne sont pas des règles puisque nous n’y croyons pas. Ce sont juste nos croyances auxquelles nous aspirons :

Nous croyons que l’art doit toujours se réiventer. Quand l’art devient populaire, il doit être abandonné, avant qu’il devienne un obstacle à la création d’un nouvel art.

Nous croyons que le concept c’est l’âme de chaque idée artistique. C’est pour cette raison qu’il est essentiel de décrire le concept de chaque œuvre à travers de l’écriture avant de commencer à la travailler, même si nous continuons à la développer ou nous la modifions en cours.

Nous croyons que les concepts sont les âmes des idées artistiques. Il est vital pour le concept derrière chaque travail qu’il soit défini avant que quelconque effort créatif commence.

Nous croyons que les artistes devraient documenter leur processus créatif. La croissance artistique peut seulement venir d’une réflexion personnelle et d’une analyse de notre trace artistique.

Nous croyons que les artistes sont le reflet de leur environnement. L’art n’existe pas dans le vide, il doit s’exprimer en fonction des circonstances sociales qui l’entourent.

Nous croyons que les artistes doivent prendre des risques et se défendre avec honnêteté. Aucune critique ou menace ne doit déteriorer leurs postures honnêtes, radicales et artistiques.

Nous croyons que l’art social est lié à la militance sociale. Les artistes ont la responsabilité de s’exprimer à travers leur travail et d’encourager un effet de changement social.

Nous croyons dans un art conceptuel qui est accessible à tous. L’art doit être ambitieux mais pas prétentieux, il doit atteindre le plus de monde possible ».

Le site web a été développé par le studio digital Hello Monday à New York. Dans un futur proche, Residente souhaiterait que celui-ci évolue, avec des histoires provenant d’autres pays qu’il a visité, grâce à des nouveaux matériels ou même un nouveau design.

D’autres formes d’interfaces encore plus interactives risquent ainsi de voir le jour. En effet, notre petit écran a une infinité de nouveaux univers à nous faire découvrir…