Google Maps se refait une beauté

L’apparence des cartes change en fonction du mode d’utilisation. Capture d’écran du blog de Google.

Le 15 novembre dernier, Google a annoncé un « nouveau look » pour l’interface de Google Maps. L’objectif ? Des cartes plus claires et plus adaptées aux besoins des utilisateurs.

« Le monde est un endroit en perpétuelle évolution. Et comme il change, Google Maps change avec lui ». C’est avec ces mots que Liz Hunt, chef de produit chez Google, annonce la dernière mise à jour visuelle de Google Maps. Le service de cartographie vise une plus grande clarté, pour que ses utilisateurs puissent repérer au premier regard les informations qu’ils cherchent.

Alors que seuls certains types d’établissement étaient représentés sur Maps, de nombreuses nouvelles icônes d’illustration ont été créées pour coller d’avantage à la diversité du réel. Des icônes signalant des zoos, des aquariums, des banques ou encore des toilettes feront donc leur apparition sur les plans.

Capture d’écran du blog de Google.

Les designers de Maps ont également repensé un code couleur, pour que les catégories de lieux représentés soient facilement identifiables. Orange pour les restaurants, mauve pour les services, bleu clair pour les transports etc.

Des cartes différentes en fonction de leur usage.

Le deuxième volet de cette mise à jour vise à personnaliser le service de cartographie, en mettant en évidence seulement les éléments qui concernent l’utilisateur. Selon que vous soyez à pied, en voiture, en transport en commun ou chez vous, l’apparence du plan sera différente. Par exemple, pour un piéton, les stations de métro seront mis en évidence, tandis qu’elles disparaîtront au profit des stations essences pour un automobilistes.

Enfin, Google Maps sera lié aux autres applications Google. Si vous enregistrez un événement dans un restaurant avec Google Calendar ou recevez une confirmation par Gmail, ce lieu sera indiqué sur Google Maps.

Déjà effectives sur Maps, ces modifications seront intégrées petit à petit à toutes les applications qui intègrent le service, comme Android Auto ou Google Earth.

Une réflexion au sujet de « Google Maps se refait une beauté »

  1. C’est surprenant de voir à quel point ce nouveau design peut ressembler l’application « Plan » de l’Iphone. Il est également possible, sur l’Iphone, de rechercher des établissements par catégories (« Manger et boire », « Shopping », « Loisirs », etc), représentées par des icônes de différentes couleurs (Des couverts blanc sur fond orange pour « Manger et boire », des sacs sur fond jaune pour « Shopping », une caméra sur fond rose pour « Loisirs »). Ces icônes, associées à des établissements, des monuments ou des lieux de vie sont ainsi repérables directement sur la carte via ces icônes. Ce sont d’ailleurs presque les mêmes icônes (couverts pour les restaurants, verre à pied pour les bars, notes pour les lieux musicaux, etc) Les icônes semblent toutefois plus précises pour Maps, avec les icônes casinos, aquariums ou encore parcs d’attraction. Je me demande cependant quelle est la stratégie de concurrence avec l’application  » Plans « . Certes, Google Maps permet aux utilisateurs de « Plans » de ne pas être déboussolés par rapport à  » Plans », mais ne risquent-ils pas de continuer à utiliser l’application directement installée sur leurs appareils si aucun changement ne permet de différencier les deux ? Ceci étant dis, l’objectif était peut-être d’attirer les utilisateurs d’autres systèmes, notamment Android, qui n’ont pas accès à l’application « Plans ». Ce qui reste intéressant avec ces applications, c’est qu’elles ne proposent plus seulement des fonctions de recherches précises d’itinéraires ou d’adresses mais une véritable exploration des alentours.
    La carte personnalisée pourrait simplifier les démarches de l’utilisateur, en affichant uniquement les icônes qui pourraient les intéresser. Toutefois, il existe un risque d’intrusion, notamment à des fins publicitaire, en envoyant des notifications pour un restaurant ou une boutique à proximité par exemple. L’application pourrait également présenter un risque d’exclusion à l’avenir, en ne proposant à l’utilisateur que certains lieux ou établissements au détriment d’autres, de la même manière que les filtres et les algorithmes des réseaux sociaux…

Les commentaires sont fermés.