Après le métro, le bateau et le TGV, l’avion de ligne sans pilote arrive.

Nous sommes déjà habitués aux métros et Tgv sans pilote, les voitures  autonomes de Google aussi. Le résultat est là et bien satisfaisant. C’est rapide, automatique et efficace. Elles permettent de faire des économies.La révolution technologique touchera bientôt le secteur de l’aviation. A cet égard, des experts souhaitent renforcer le niveau de sécurité dans les avions. Les premiers  avions de lignes   sans pilote décolleront d’ici 2025 pour révolutionner et améliorer le transport des passagers et de marchandises. Déjà, plusieurs compagnies aériennes s’activent pour être au rendez-vous du vol 100% automatique.

ça volera bien, ça inquiète bien des voyageurs aussi .

Actuellement, le système de pilotage des avions est encore en semi automatique. Cette nouvelle révolution chez le grand oiseau du ciel permettrait d’économiser près de 35 milliards de dollars par an  selon les recommandations de la banque  suisse CBS .https://www.theguardian.com/business/2017/aug/07/air-passengers-pilotless-planes-fares-ubs

Selon les experts, avec cette technologie, on n’aura plus besoin d’un pilote à bord. Tout le système sera relié à plusieurs ordinateurs programmés et entraînés. Ceci afin de respecter tous les plans de vols et d’anticiper sur d’éventuelles situations qui pourraient subvenir lors d’un vol. Cette nouveauté  réduirait  au maximum les erreurs humaines. D’après les spécialistes en aéronautique, les plus gros crashs d’avions  de l’histoire sont surtout liés à une  erreur humaine.Fausse manipulation du pilote, mauvaise interprétation des alertes de la machine ou choix volontaire.  Le cas de l’Airbus A320 de Germanwinse que  Lubitz avait volontairement crashé parce que le copilote avait  délibérément enfermé le capitaine hors du cockpit  avant de désactiver le pilotage automatique de l’avion. Ce qui a entraîné rapidement l’avion dans le précipice jusqu’à  aller cogner la montagne dans les alpes françaises  faisant ainsi 150 morts le 24 mars 2015.

La  nouvelle trouvaille technologique pourrait éviter cette bêtise humaine.Face à l’éminence du danger, l’appareil pourrait ne pas exécuter cette commande que lui impose l’homme. Mieux, la tour de contrôle pourrait prendre le contrôle de l’avion et le guidé jusqu’à destination. C’est aussi pour une raison de sécurité qu’on doit aller à cette étape. Un système 100% automatisée  sera plus sécurisant et moins coûteux.D’ailleurs les prix des billets d’avion baisseront de 10 à 15%.

Quant-à la sécurité à bord, avec les accidents,  détournements d’avions, prise d’otage ou terrorisme. Le nouveau système vient également répondre aux enjeux de compétitivité et de la capacité à assurer plusieurs vols en un temps record. Il est démontré aujourd’hui qu’ avec le système de semi- automatique, le pilote ne travaille que 7 minutes environ à bord.

Lavion pilote à tout faire roi du ciel : Quelle sécurité pour les passagers ?

C’était déjà stressant de savoir que nos vies étaient entre les mains  de deux personnes du pilote et de son co-pilote et aussi de la tour de contrôle à chaque fois que nous prenons l’avion. Pour les passagers, c’est encore plus inquiétant quand ils sauront que leur vie ne tient qu’’à un ordinateur. Un petit bug, un défaut de programmation ou encore un cyber attaque et le pire ne saurait être évité. Sur la question, les passagers sont divisés.  Mais les spécialistes rassurent.

Pour Airbus et Boeing,  les deux géants constructeurs d’avions au monde,  c’est un bon marché à conquérir  et une belle opportunité à saisir. Mais les chroniqueurs de sciences et vie tv pensent que l’homme seul en pilotage ne marchera pas .Pareille pour la machine,  elle seule. Il faut donc un mixage, un marial Homme – ordinateur pour que cela soit efficace.

Selon les études de CBS, les pilotes de lignes coûtent 31 milliards dollars pour leurs compagnies chaque année. 3 milliards de dollars pour assurer leur formation annuelle. Passer à l’avion pilote autonome pourrait permettre d’engranger beaucoup de bénéfices c’est pour quoi cette nouvelle offre séduit beaucoup  les avionneurs. Les bénéfices c’est bien mais ça va poser aussi un problème de licenciement.Le métier de pilote sera en danger. Puisqu’on n’aura plus besoin d’eux.