« Messenger Kids » ou comment Facebook veut séduire les 6-12 ans

En lançant la version « kids » de son application Messenger, Facebook a décidé de s’attaquer aux jeunes de moins de 13 ans. Par cette application faites exclusivement pour les enfants, le géant américain tente de convertir les jeunes aux réseaux sociaux de plus en plus tôt. Pour le moment elle n’est disponible que sur IOS aux Etats-Unis mais devrait vite conquérir le globe.

Crédit Facebook

Des enfants de moins de 13 ans sur Facebook, est-ce vraiment possible ? Pour le moment non. Mais au vu de la nouvelle fonctionnalité qu’offre le réseau social, on peut se demander si ça ne sera pas possible un jour. Le lundi 4 décembre, Facebook a opéré un changement de cap passer presque inaperçu mais pourtant important dans sa stratégie de développement. En créant « Messenger Kids », le célèbre réseau social veut inciter les consommateurs à utiliser son service de messagerie instantanée dès le plus jeune âge.

« Messenger Kids » offre à quelques options près les mêmes possibilités que la version « adulte ». Cette application destinée aux enfants de 6 à 12 ans se définie comme un moyen de « discussion vidéo et de messages conçue pour que les enfants puissent contacter famille et amis », a expliqué Facebook dans un communiqué.

Messenger Kids Intro

Publié par Facebook sur jeudi 30 novembre 2017

 

La sécurité des enfants est primordiale

Conscient des menaces qui parcours le web et plus précisément le réseau social, Facebook a pensé une application adaptée aux plus jeunes. Ainsi, il n’y a pas de contenu sponsorisé. Mais le point important reste que les enfants ne pourront dialoguer qu’avec des contacts validés au préalable par les parents. Il suffit pour ces derniers de télécharger l’application et de créer un profil à leur enfant sur Messenger avant de lui ajouter des contacts. Les enfants n’ont pas besoin d’avoir un compte sur Facebook puisque cela est interdit pour les moins de 13 ans.

Crédit Facebook

Une fois le compte créer l’enfant pourra dialoguer par vidéo, audio ou messagerie en utilisant les filtres dont ils raffolent tant mais aussi des Gifs animés spécialement choisis par Facebook. Le but de cette application reste de convertir les jeunes et les pousser à utiliser Facebook dès qu’ils auront soufflé leur treizième bougie pour pouvoir continuer à parler sur Messenger.

Pour le moment, l’application n’est qu’en phase de test et n’est disponible que sur IOS aux Etats-Unis mais devrait probablement voir le jour très rapidement dans l’hexagone.

3 réflexions au sujet de « « Messenger Kids » ou comment Facebook veut séduire les 6-12 ans »

  1. Facebook vise à cibler tout le monde et maintenant il vise plus particulièrement une tranche d’âge jeune, de manière officielle?
    Je trouve cette stratégie vraiment dangereuse pour la génération actuelle et la prochaine. Les enfants sont deja accros aux nouveaux outils technologiques sur leurs ipads, iphones… Nous même les adultes, sont quasi dépendant de Facebook car notre entourage l’utilise, car c’est la ou tout se passe etc. Pourquoi ne pas laisser les jeunes grandir, s’aimer, se parler, jouer sainement ? Facebook et les pouvoirs derrieres ont des interets, des strategies, pour un futur monde qui correspond a leur criteres. J’espère que l’application ne sera pas mise en place dans le reste du monde, même si c’est très possible, puisqu’on plonge dans un univers virtuel de plus en plus indispensable.

  2. Ce type d’application remet sur la table des débats la question de la protection des données, mais plus encore, de celle des enfants. Rien ne semble arrêter Facebook dans sa montée vertigineuse qui semble ne pas inquiéter pour autant tous les utilisateurs; ou du moins, pas de la même manière. Une autre lecture de cette nouveauté pourrait être que dès 6 ans, Facebook sait tout sur vous et vous accompagne jusqu’à la tombe; vous propose même un cimetière virtuel par la suite. De plus, au delà du fait que ces applications, dans la vie des enfants, tuent la chaleur humaine et la communication au contact, elles pourraient les transporter dans un monde de pure facette où l’on apparaît toujours et tous sur son beau jour. Il est important de réfléchir sur la sociabilité de ce type de réseau social.

  3. Après la séduction des adultes, faire rentrer les enfants dans cet univers technologique où nous,adultes avons déjà du mal à sortir une fois entré. C’est un jeu dangereux et Facebook en est à la tête. Faire de ces enfants déjà à 6 ans, des machines de technologie, si je peux m’exprimer ainsi. Pourquoi ne pas laisser les enfants grandir librement et non, dans un monde virtuel? La question qui se pose réellement maintenant est de savoir: Les parents accepteraient livrer leurs enfants à ce monde? La décision leur revient.

Les commentaires sont fermés.