Linux, la force tranquille

Logo de GNU Linux

Et toi, t’es plutôt Windows ou Mac OS ? Ni l’un ni l’autre, répondent les 500 supercalculateurs les plus puissants du monde. Depuis hier, ils tournent tous sous Linux. Retour sur un OS aussi répandu que méconnu.

Le grand public le connaît mal, et il est souvent perçu comme un système d’exploitation réservé aux initiés. Pourtant, Linux est partout derrière nos écrans. Sans lui, de très nombreux sites et serveurs ne tourneraient pas, et 80% des smartphones non plus. En fait, tous ceux équipés d’Android l’utilisent. Linux, c’est un système d’exploitation open source créé en 1991 par Linus Torvalds qui participera à la tendance du logiciel libre, et s’inscrira comme une des plus belles réussites de l’esprit hacker. A la différence de ses confrères Windows et Mac OS, son code source est disponible en intégralité sur la toile. Un gage de transparence qui a permis aux bidouilleurs du monde entier de modeler, modifier et améliorer le code pour créer des dizaines de distributions différentes basées sur l’OS original. Car la philosophie derrière Linux, c’est avant tout de reprendre le contrôle de son ordinateur. Là où les OS de Microsoft et d’Apple tendent vers un verrouillage toujours plus fort de l’expérience utilisateur, Linux garanti le contrôle total de sa machine. Les initiés le disent tous, avec Linux on se rapproche de son ordinateur. Alors certes, il y a un prix à payer pour jouir de cette liberté, il faut se familiariser avec le bash, la console Linux. Une fenêtre noire, a priori pas très intuitive, dans laquelle il faut taper ses instructions.

Le Terminal Linux

Là où Windows et Mac le font pour vous, Linux vous remet au boulot. Sur Windows comme sur Mac, la console reste le plus souvent invisible. On l’a trop souvent oublié, mais derrière les programmes que nous utilisons chaque jour, il y a des instructions informatiques. Cliquer sur votre raccourci « Word 2017 », ce n’est pas qu’un mouvement de doigt, c’est aussi envoyer une ligne de commande à votre ordinateur qui va exécuter le programme demandé. Linux se passe la plupart du temps de raccourci et s’en tient à la ligne de commande. A vous de l’écrire, et de commander directement votre ordinateur. Une liberté qui a séduit les professionnels depuis longtemps. Impossible de traverser les bureaux d’une société informatique sans voir un salarié faire tourner sa bécane sous Linux. En allant puiser dans cet OS révolutionnaire et open source, de nombreux projets ont pu naître partout sur la toile. Désormais, Linux aide les chercheurs à repousser les limites de la puissance de calcul. Depuis hier, Linux règne sur les supercalculateurs, ces ordinateurs d’une puissance phénoménale souvent utilisés pour la recherche. Les 500 d’entre eux les plus importants se sont tous tourné vers l’OS au petit pingouin, qui à la seule force de l’open source a conquis l’informatique du monde entier.

2 réflexions au sujet de « Linux, la force tranquille »

  1. Salut ! Merci pour la contribution quant à Linux. C’est bien de connaître le valeur historique de cette système d’exportation qui c’est la base pour plusieurs autres systèmes qui sont venus peu après. En plus de l’Android de Google, d’autres grandes entreprises utilisent ou ont déjà utilisé Linux dans leurs fonctionnement, comme Facebook, Twitter, Amazon, McDonalds et NASA.
    Mais par rapport la console Linux que vous décrivez dans le texte, je n’ai pas bien compris quel est le point où un utilisateur commun ferait face à la language shell scrit pour utiliser Linux. Est-il un système d’exploitation comme Ubuntu ? Quel est la différence ?

    • Surtout, l’utilisation de la console est très exceptionnel. Elle est requise pour faire des opérations de maintenance très précise et très fiable qui ne concerne pas l’usage quotidien. Pour le quotidien les utilisatrices et utilisateurs de linux ont bien plus de choix d’interfaces graphiques que les autres systèmes (des rapides, des funs, des pleines de raccourcis, des tactiles … avec de hauts degrés de simplifications ou de personnalisations selon l’investissement personnels des personnes qui s’en servent.Exemples d’environnements graphiques sous linux (attention, il s’agit bien d’environnement et pas simplement de thèmes).

Les commentaires sont fermés.