Facebook atteint le milliard d’utilisateurs

Révélé au monde en 2004, le réseau social Facebook a finalement franchi le cap du milliard d‘utilisateurs le 4 octobre. Avec un si grand nombre d’utilisateurs, si Facebook était un pays, ce serait le troisième au monde après la Chine et l’Inde. Fait intéressant : plus de la moitié de ses « habitants », soit environ 600 millions de personnes, se connectent par un appareil mobile, et 522 millions accèdent au site tous les jours.

Voici quelques chiffres pour évaluer le poids de ce site en 2012 :

  • Facebook compte 140,3 milliards « d’amitiés » sur son réseau
  • Le bouton « j’aime » a été enfoncé plus de 1130 milliards de fois.
  • Au total, 219 milliards de photos ont été publiées sur le site.
  • 62,6 millions de titres musicaux écoutés 22 milliards de fois
  • 17 milliards de localisations ont été signalées

Facebook a été la deuxième introduction en Bourse en importance de l’histoire américaine. Avec un prix d’entrée sur le marché de 38 $, l’opération a permis de lever 16,02 milliards de dollars le 18 mai. Seul le groupe de cartes de crédit Visa avait fait mieux avec 17,9 milliards en 2008.

Or, depuis, le titre s’est effondré et a perdu environ 40 % de sa valeur. Le plongeon du cours de l’action a fait perdre 8,1 milliards de dollars à Mark Zuckerberg, selon le magazine Forbes, qui l’a classé en septembre au 36e rang des Américains les plus nantis, avec une fortune évaluée à 9,4 milliards de dollars.

L’avenir de Facebook

Avec un humain sur sept dans sa base de données, Facebook estime avoir dépassé le stade du simple réseau social. L’entreprise se voit désormais comme une infrastructure pouvant alimenter les services web d’entreprises comptant des millions d’abonnés, tels Netflix et Skype. C’est pourquoi Mark Zuckerberg, son fondateur, préfère parler de services aux entreprises plutôt que de la conquête de son prochain milliard d’abonnés.

« Le volume de données partagées sur Facebook évolue au rythme de la loi de Moore: elle double pratiquement tous les deux ans. Nous pouvons donc prévoir quel type de contenu sera populaire dans un, deux, quatre ans, et imaginer quels produits auront du succès quand toute cette information sera disponible », a résumé la semaine dernière le PDG de Facebook, dans une entrevue accordée à BusinessWeek.

Depuis deux semaines, Facebook déploie aux États-Unis un catalogue de cadeaux que ses utilisateurs peuvent acheter directement sur son site. Pour la première fois, le site effectue du véritable commerce électronique. Le potentiel est énorme: plusieurs détaillants vont vouloir s’inscrire au catalogue de Facebook pour accéder sur-le-champ à un marché instantané de 1 milliard d’internautes. Finalement, ce virage net vers le commerce électronique devrait faire plaisir aux actionnaires: Facebook génère soudainement de nouveaux revenus et a le potentiel de défier de très gros acteurs, comme Amazon ou eBay.

Les particuliers ne sont pas en reste puisque le site teste depuis le 3 octobre aux États-Unis un service permettant à ses membres qui le souhaitent de payer pour améliorer la visibilité de leurs publications sur le site quand ils les jugent particulièrement importantes.

Effectivement, dans le cadre d’un test, les gens aux États-Unis peuvent « promouvoir » leurs publications personnelles auprès de leurs amis sur Facebook pouvait-on apprendre dans un message sur le blogue officiel du groupe.

Facebook ne donne pas de prix pour ce service, qu’il dit tester depuis mai dans plusieurs pays à commencer par la Nouvelle-Zélande. Mais plusieurs sites spécialisés évoquent un tarif d’environ 7 dollars canadiens (environ 5,50 euros) par publication.

Références :

La Presse, Facebook; Business Week