L’E-Sport

L’eSport

I – Le jeu vidéo

71,2% des Français jouent aux jeux vidéo selon une étude publiée par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et menée par TNS Sofres entre le 13 et le 25 Septembre 2014. Cela représente environ 33.9 millions de personnes. Cela montre bien que les jeux vidéo ont dépassé le stade du phénomène.

Avec son jargon, ses événements qui lui sont propres, ses stars, le jeu vidéo est une culture à part entière. Elle touche aussi bien les adultes que les enfants. Il n’y a qu’à observer ceux qui ont fait le déplacement lors de la dernière édition de la Paris Games Week 2014, en Novembre. Culture qui compte puisque même la ministre de la culture, Fleur Pellerin avait fait le déplacement avant l’ouverture officielle du salon.

Déplacement qui montre l’importance du domaine en France, surtout quand on sait le niveau que le pays occupe sur la scène internationale du monde des jeux vidéo. On est bien loin là des éternels clichés et idées reçues sur les joueurs de jeu vidéo, souvent perçus à travers l’image de la minorité des joueurs accros, souvent qualifiés de Geeks, d’asociaux entre autres.

Cette communauté a d’ailleurs été victime récemment d’attaques de la part de deux animateurs télé Nagui et Antoine de Caunes.

Les supports de jeu varient selon les joueurs, ainsi que les fréquences. L’ordinateur est le principal support de jeu utilisé par 67.5% des joueurs, il est suivi par la console de salon utilisé, elle, par 50,9% des joueurs.

Depuis très longtemps, les jeux vidéo opposent souvent les joueurs entre eux, que ce soit en affrontant leurs Pokémon, leurs équipes de foot dans Fifa ou PES, ou encore leurs gildes dans World of Warcraft.

Mais certains jeux comme League of Legends, Starcraft 2 ou encore Counter Strike sont plus tournés que d’autres vers la compétition, et ces jeux sont labélisés eSports.

Ne voilà-t-il pas que le jeu vidéo est devenu pour certain un véritable sport. Beaucoup s’insurgent contre cette appellation car ils ne voient pas où est le sport (la dépense physique surtout) lorsque l’on joue à un jeu vidéo. Mais pour ceux qui pratiquent et les observateurs les plus calés sur le sujet, eSport est un véritable sport, tout comme les échecs qui ont acquis le titre de sport cérébral, et développe de nombreuses aptitudes chez les joueurs, les pratiquants : concentration, mise en place de stratégies, esprits d’équipe. Des compétitions sont donc organisées avec ces jeux dans des tournois, qui se déroulent à travers le monde. Ces tournois sont structurés par des ligues, bien structurées. Des écuries, équipes ont vu le jour, et des joueurs professionnels (pro-gamers) sont désormais en activité, certains gagnant très bien leur vie grâce à cela.

Nous allons donc dans ce dossier nous intéresser à ce qu’est l’eSport.

Après un rapide retour sur l’histoire des jeux vidéo, nous nous concentrerons sur l’eSport en le définissant, puisqu’il ne faut pas croire que tous les jeux vidéo peuvent être qualifiés de jeu eSport. Ensuite nous expliquerons comment fonctionne son business et enfin nous vous présenteront ses figures emblématiques, ses stars.

I – Histoire du jeu vidéo :

  1. Qu’est-ce qu’un jeu vidéo ?

Il y a bien sûr plusieurs définitions, qui au final se rejoignent sur plusieurs choses :

  • Pour Wikipédia, « un jeu vidéo est un jeu électronique qui implique une interaction humaine avec une interface utilisateur dans le but de générer un retour visuel sur un dispositif vidéo ».

  • Pour le Larousse, c’est jeu « dont l’action se déroule sur un écran de type télévision ».

  • Le site GrosPixels.com « Il s’agit au sens large d’un jeu électronique sur un support audiovisuel, dont le fonctionnement peut être géré par un ordinateur capable de tâches diverses, ou par un circuit électronique dédié. »

  • « Jeu nécessitant un dispositif informatique comme un ordinateur ou une console de jeu, dans lequel le joueur agit sur un environnement virtuel » (linternaute.com)

  • « Un jeu vidéo, ou ludiciel, est un jeu utilisant un dispositif informatique. Le joueur utilise des périphériques pour agir sur le jeu et percevoir l’environnement virtuel. » (Conservatoire du jeu).

  1. Naissance du jeu vidéo

a. Les prémices

Ralph Baer (1922 – 6 décembre 2014), un ingénieur est souvent considéré comme le père des jeux vidéo. Pourquoi ? Parce qu’en 1951, alors que la société pour laquelle il travaille, Loral Electronic, lui demande de concevoir la meilleure télévision qui soit, il leur propose un téléviseur sur lequel les utilisateurs pourraient jouer directement dessus grâce à un boitier. Cette idée est rejetée par ces employeurs.

Qu’importe pendant de nombreuses année Baer continuera ses travaux et recherche. En 1966, il couche sur papier l’idée de la Brown Box, qui verra le jour en 1968. La Brown Box est un boîtier électronique rattaché au téléviseur qui permet de jouer à des jeux de cartes, action, sport, etc. C’est cette Brown Box qui inspirera la première console de salon commercialisée, la Magnavox Odissey.

Ralph Baer a aussi au cours de sa vie breveté plus de 150 inventions, et il est d’ailleurs l’inventeur du pistolet optique pour tirer sur l’écran.

Tennis For Two est considéré comme l’un des premiers de jeu vidéo. Il a été invité à Long Island (USA) en 1958 par un scientifique William Hinginbotham afin de distraire ses collèges. Conçu avec un oscilloscope, Tennis For Two était un simple jeu de tennis.

D’autres considèrent le jeu OXO, sorti en 1952, comme le premier jeu vidéo. Il a été conçu sur ordinateur EDSAC et c’était un jeu de morpion (tic tac toe)

b. Les jeux d’arcade

En 1971 un américain, Nolan BUSHNELL, développe le premier jeu d’arcade Computer Space. Il s’est directement inspiré du jeu SpaceWar que des scientifiques du MIT avaient développé en 1962. Computer Space ne rencontrera le succès, car il été jugé trop compliqué.

Pong

 

L’année suivante, en 1972 sort la première console de salon qui sera commercialisée : la Magnavox Odyssey inspirée par les travaux de Ralph Baer. Mais elle ne rencontrera pas le succès dépassé par Atari et Pong.

En effet, Nolan Bushnell n’a pas été refroidi par l’échec de Computer Space et a conçu un autre jeu Pong qui lui rencontrera le succès et lui permettra de lancer sa compagnie Atari la même année.

En 1978, sort le jeu Shoot Them Up, qui signifie Tuez-Les Tous : Space Invaders. Le principe du jeu est simple il s’agit de tuer des aliens à l’aide de différentes armes qui évoluent au fil du jeu. Il a été développé au Japon par Tomohiro NISHIKADO et provoquera même une pénurie de petite monnaie au pays du soleil levant.

Pac-Man sortira en 1979. A l’origine le jeu s’appelait Puckman, mais les joueurs dans les salles d’arcades aux Etats-Unis s’amusaient à effacer le P pour le remplacer par un F. Ils ont donc décidé de le remplacer par Pac-Man. Le principe du jeu était simple, il fallait manger toutes les billes se trouvant dans le labyrinthe tout en prenant le soin d’éviter les fantômes présents dans le jeu. Pac-Man connaîtra un grand succès également, car c’est un jeu très immersif. Il est aussi le premier jeu à avoir utilisé l’intelligence artificielle. Sa sortie a marqué également le début du développement du marketing dans le monde du jeu vidéo.

  1. Évolution des consoles

De la Magnavox Odyssey à la Playstation 4 en passant par l’Atari 2600. Les consoles de jeu vidéo ont beaucoup évolué au fil du temps et du développement des techniques et technologies.

1ère génération :

1972 : Sortie de la première console de salon commercialisée, la Magnavox Odyssey

Magnavox Odyssey

 

2ème génération :

Sorti en 1976, Atari 2600 est très appréciée. Elle utilise un système de cartouche. Son succès inspirera d’autres marques, comme Mattel et Philips qui elles aussi sortiront leurs consoles.

La Vectrex sortie en 1983, se démarquera par l’utilisation d’une image vectorielle et nom du bitmat.

Atari 2600

 

3ème génération :

Marquée par la sortie des consoles NES de Nintendo en 1985 et Master System en 1986 pour Sega.

A la fin des années 1980, après l’euphorie est venu le temps du déclin du jeu vidéo. Les ventes ont fortement chutées. Dans le même temps les micros ordinateurs, eux, se sont démocratisés. Le jeu était de modifier, de bidouiller sa machine. Des machines comme les : ZX80, Amstrad 6128, Amiga, Atari ST.

Le renouveau se fera grâce aux consoles 16 bits et 32 bits.

4ème génération :

1991 : Super NES

NES

 

1988 : Mega Drive

1990 : Neo Geo

5ème génération :

Abandon des cartouches pour les CDs.

1995 : Sega Saturn

1997 : Nintendo 64

Nintendo 64

 

2000 : Playstation one

6ème génération :

1998 : Dreamcast

2000 : Playstation 2

Playstation 2

 

2001 : Game Cube

2001 : Xbox (Arrivée de Microsoft sur le marché)

7ème génération :

2005 : Xbox 360

2006 : Playstation 3

2006 : Wii

Avec ses jeux grand public, permettant de rassembler toute la famille la Wii de Nintendo a été un très gros succès. Elle fut la console la plus vendue de la 7ème génération.

8ème génération :

2012 : Wii U

2013 : PS4

2013 : Xbox One

Les consoles portables :

De nombreuses consoles portables ont vu le jour au fil des générations. La fameuse Game Boy de Nintendo s’est vendue à plus de 100 millions d’exemplaires à travers le monde.

  1. Jeu vidéo pour mobile, smartphone :

On ne peut pas parler des jeux vidéo sans parler des jeux vidéo pour mobiles et smartphone. Des jeux qui ont séduit des millions de joueurs à travers le monde, qui y jouent quotidiennement.

Sortie dans les années 70, le jeu Snake a connu un grand succès grâce à sa présence dans les téléphones Nokia.

2009 : Le jeu Angry Birds, lui s’est décliné sur plusieurs supports ainsi qu’à travers de nombreux produits dérivés et même à travers des films.

Des jeux comme Temple Run (2011), Candy Crush Saga (2012), et 2048 (2014) ont eux aussi connu un grand succès, rapportant beaucoup d’argent à leurs créateurs. Les utilisateurs

Cet historique des jeux vidéo est très rapide. En effet, l’histoire des jeux vidéo est très riche et de nombreux événements qui ont marqué cette dernière n’ont pas été relatés dans cette partie.

Il est néanmoins important de rajouter que cette histoire a été ponctuée par des guerres opposant les marques Nintendo et Sega, ainsi que leurs mascottes respectives Mario et Sonic. Nintendo est sortie grande gagnante de cette guerre.

Soulignons également que Nintendo existe depuis 1889 et qu’à ses débuts l’entreprise japonaise fabriquait des cartes à jouer, avant de se tourner vers les jeux vidéos dans les années 70.

L’arrivée d’Internet a grandement révolutionné le monde des jeux vidéos, permettant ainsi les jeux en réseau, ainsi que la création des MMORPG.

II – E-Sport.

Une définitions :

Le sport électronique ou E-sport c’est : La pratique régulière sur internet ou en LAN party de jeux vidéo sur PC, console, tablette et téléphone. On peut voir s’affronter les plus grands joueurs lors des plus grandes compétitions tel que : ESWC ( Electronic Sport World Cup), la MLG (Major League Gaming) ou l’EVO ( Evolution Championship Gaming ). Il en existe beaucoup d’autre mais ce sont les grandes compétitions existantes. ( sport car challenge)

C’est l’expansion d’internet et sa facilité d’accés qui a rendu possible ce tournant du jeux vidéo.

Pratique régulière sur internet : Les compétitions sont souvent automatisés grâce aux différents interfaces proposés par les fabricants de jeux. Ces fabricants ont des serveurs ou des modes de jeux spécifiquement fait pour que les joueurs s’affrontent.

LAN party : Ce sont des endroits ou les joueurs se regroupent soit avec leurs propres matériels soit avec des installations déjà prêtes pour les compétitions pour s’affronter. Ce sont des tournois créés soit par des professionnels soit par des amateurs.

Aujourd’hui L’E-Sport est reconnu de plus en plus à travers de nombreux pays. Par exemple au états unis pour une compétitions de Leaugue of Legend, les compétiteurs avait le droit à un visa spécialement fait pour les sportifs pour venir aux Etats-Unis .

La première vrai compétition E-Sport est la CPL :Cyberathlete Professional League. c’est un tournoi professionnel et international de jeux vidéo fondé en 1997 par Angel Munoz. Lors de cette compétitions les joueurs étaient révendiqué comme des sportifs grace aux idées suivantes :

– équipes

-Informateurs

-Entraîneurs

-Managers

-Sponsors

-Entraînement réguliers

De plus les joueurs devront améliorer certaines de leurs qualités et compétences telles que :

-réflexes

-acuité visuelles

-communication

-strategie

-esprit d’équipe

L’E-sport emprunte des éléments à plusieurs disciplines par exemple les FPS ( ou Jeux subjectif de tir ) prennent la précisions du tir a l’arc ou du tir en salle, des echec et des sports automobile avec réflexion, précision et présence d’instrumentation .

Il existe cependant de nombreux jeux multijoueurs mais seulement quelques uns sont présentés en tant que tel !

Que faut il à un jeux pour être un jeux E-sport ?

–         Visibilité : Il faut que le jeux puisse être observable par les foules et que ce qu’ils se passent à l’écran puissent être compris par les personnes qui le regardent. Counter Strike par exemple a une visibilité particulièrement bonne, on sait parfaitement quand un joueur est décédé ou non. On peut remarquer que certains jeux E-sport qui n’ont pas eu une visibilité assez forte sont aujourd’hui en déclin dans leurs compétitions. ( World Of Warcraft Arena. + video https://www.youtube.com/watch?v=BkFLprMfoRk )

 

  • La simplicité : Il faut que le jeux soit simple et non pas facile. Le jeux doit avoir une prise en main simple, pour que les nouveaux joueurs ne puissent pas être déboussolés. C’est le renouveau de joueurs qui fait la force d’un jeux E-sport.

Par exemple TrackMania, un jeux de course automobile se jouent avec 4 touches. Cependant il faut enormement de travail pour seulement terminé un circuit présenté par des joueurs.

 

-La difficulté : Ce n’est pas la difficulté de prise en main, mais la différence qu’il peut y avoir entre une personne de haut niveau et un amateur.  Le jeu doit donc être difficile, pas d’accès, mais demandant une maitrise technique et tactique aigue pour une optimisation des résultats : plus le nombre d’échelons entre le nouveau joueur est le pro est grand, plus cela est bénéfique pour le jeu.

 

  • La chance : La chance doit être un facteur minimal dans les jeux E-sport. On se base intégralement sur les compétences des joueurs que sur la chance. Cependant il existe des jeux E-sport ou le facteur chance reste non négligeable. HearthStone, le jeux de carte de Blizzard se base essentiellement sur l’inteligence des joueurs cependant à haut niveau. Le facteur chance et malchance peuvent être la raisons de défaites ou de victoires.

 

  • La compétition : C’est le but essentiel de ce genre de jeu. Bien que celle ci est toujours existé avec des jeux particulièrement ancien tel que tetris ou le but est de tjrs battre le record des autres . Il faut, je pense, une émulations interactive avec les joueurs. Il faut que l’affrontement puissent être fait à l’intantané.

 

  • Suspense : Quand deux très grandes equipes ou joueurs s’affrontent, il faut qu’on ne puisse pas savoir laquelle des deux reussira. Tel un grand match de foot entre deux equipes. Personne ne peut réellement savoir qui va gagner face à l’autre.

 

 

 

 

 

Les jeux E-Sport du moment :

 

Stratégie : Starcraft 2 : Real Time Strategy

Starcraft II est le successeur du RTS à succès Starcraft Brood War développé par Blizzard. L’enthousiasme autour du titre l’a transporté comme LE jeu de référence stratégie en temps réel. SC II d’une scène énorme en Europe, aux USA et en Corée du Sud.

 

FPS : CounterStrike Global Offensive : First Person shooting

Fidèle reconstitution de Counter-Strike 1.6 avec des graphismes améliorés, CS:GO est sorti cette année et prétend redonner ses lettres de noblesse au titre vieillissant de Valve. CS a un très gros historique en termes d’eSport et a longtemps disputé la place de premier jeu de shoot avec Quake avant que ce dernier ne rende les armes.

 

Arènes :

Guild Wars 2

Guild Wars premier du nom était connu et reconnu pour son Player versus Player très compétitif. Le hit massivement multijoueur de cette année espère bien respecter son héritage en proposant un contenu compétitif compatible eSport.

Mmorpg Un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur 

MOBA :

League of legend : Seul LoL, plus attractif pour le grand public, est un concurrent sérieux de DotA 2. Extrêmement populaire, spécialement en Chine, le clone remixé de DotA de Riot Games marche du tonnerre chez les joueurs occasionnels tous comme les gamers de plus haut niveau. Le succès de LoL auprès du grand public est absolument incroyable

Course :

TrackMania

Jeu de course arcade du même studio que ShootMania, TrackMania se base sur un principe très simple et épuré. Le jeu a eu un succès notable en France, avec notamment un certain nombre de champions tricolores à l’ESW

Jeux Consoles :

Les jeux VS Fighting tels SSF 4, Marvel vs Capcom, Tekken ou encore Mortal Kombat.

La série Call of Duty

 

 

III Les stars de l’eSport

1) L’ eSport un sport pas comme les autres

Le sport moderne se définit par la mise en œuvre d’une ou plusieurs qualités physiques en fonction des disciplines. Dans chacune d’entre elles, excelle un athlète ou une équipe qui domine la scène par ses qualités physiques ou d’adresse. Les deux pouvant être associés, mais cependant dans les compétitions majeures, les athlètes handisport et féminins ou masculin sont pour la plupart du temps regroupés en catégories avec des règles aménagées.

L’eSport lui moins sélectifs aux premiers abords, regroupent un ensemble d’athlète venant de tous horizons, homme ou femme, voire même « enfant prodige » se mesurant à des adultes lors de grands événements. Parfois même certains joueurs qui seraient en catégories handisport dans le sport traditionnel arrivent à tirer leurs épingles du jeu et à se frotter aux plus grands joueurs dans le circuit professionnel. C’est le cas de Michael « Handi » Olson joueur sur Counter Strike. Joueur américain né sans membres qui a su se faire une place dans le milieu professionnel.

  1. OpTic Nadeshot le joueur eSport le mieux payé au monde

La scène eSportive possède des joueurs venus de tous les continents, et surtout d’une très grande diversité de jeux. Allant du jeu de course au jeu de tir à la première personne en passant par le jeu de cartes Hearthstone. L’eSport à aussi son FIFA Ballon d’or appelé le Redbull joueur eSport de l’année. Pour 2014 c’est Matt « NaDeSHoT » Hagg joueur Call of Duty qui succède à Faker un joueur sacré champion du monde sur League of Legends l’année dernière avec SK Telecom T1.
Nadeshot est aussi l’un des plus gros « youtuber » de la scène eSportive avec plus de 1,500,000 abonnés. Et est aussi l’un des plus suivi sur twitter avec 850,000 followers. Ses revenus sont estimés à plus d’un million de dollars pour l’année 2014.

  1. La France a aussi ses incroyables talents

En France, la scène eSportive est elle aussi en pleine expansion, de nombreux talents émergent et essaient de se faire une place parmi les athlètes mondialement connus. C’est le cas de Corentin « Gotaga » Hussein joueur Call of Duty qui arrive presque au million d’abonnés sur sa chaîne youtube. Quant à lui Ilyes « stephano » Satouri à régné en maître sur le jeu Starcraft 2 durant des mois en remportant de nombreuses compétitions. Pour finir Bruce « Spank » Grannec est le joueur de simulation footballistique le plus titré au monde.

  1. L’eSport : une pratique assez coûteuse

Comme dans bon nombre de sports il faut mettre la main au portefeuille pour s’équiper. Malheureusement l’eSport ne déroge pas à la règle. Bien que l’on puisse commencer à jouer avec des outils et périphériques de base, très vite les joueurs par leurs styles de jeu dépassent les fonctionnalités des périphériques qu’ils usent. Les fabricants tels que Razer, Asus, Burn … s ‘associent aux joueurs pour en développer des nouveaux. Plus élaborés et ergonomiques.
Ces mêmes périphériques peuvent parfois coûter plus de 300 euros pour un seul et même périphérique, sachant que dans la plupart des cas 3 périphériques sont requis pour jouer de manière normale. Même les fournisseurs d’accès internet ont vite su se remettre à la page et proposer des forfaits fibre, en renouvelant leurs chartes graphiques et publicités. Comme c’est le cas de Numéricable. Pratiquer l’eSport peut s’avérer très coûteux si l’on s’y investi, voire beaucoup plus si l’on décide de se lancer dans la compétition mais la rentabilité de celle-ci n’est pas donné à tout le monde. Il faudra écraser bon nombre de concurrents et dépenser sans compter quand bien même si le talent est présent, le succès et l’argent ne seront pas toujours au rendez-vous.

La diapositive : L’eSport

Leslie Dron, Ismaël Bernard, Matthieu De Herdt

Laisser un commentaire