Le dark web

12242087_10208111100313954_2086877791_n

 

Deep web, dark web, darknet(s), etc. Des termes souvent employés comme synonymes pour désigner le « côté obscur d’internet ». Mais ce web dit interdit, dangereux pour les non avertis, ne profite-t-il qu’aux malfrats en tous genres ? Et puis comment y accède-t-on ? Entrez avec nous dans le dark web.

Dossier réalisé par : Nicolas Certes, Nathan Chaudet, Mélodie Chum, Quentin Dary.


Diaporama

Synthèse

L’obscurité qui entoure le dark web vient, dans un premier temps, d’une confusion lexicale entre le deep web, les darknets et le dark web enfin. Le premier englobe les deux autres et est accessible quotidiennement. Lorsqu’on recherche des informations au sein d’une page web, on puise dans la base de données de ce site qui fait partie du deep web. On définit le « web profond » comme l’espace de stockage de toutes les pages non indexées. Les darknets sont des micro-réseaux à accès restreint au sein du réseau global qu’est internet. Il sont utilisés par des utilisateurs qui souhaitent naviguer anonymement sur la toile ou pour effectuer des échanges de données sécurisés. C’est via ces réseaux qu’il est possible d’accéder à ce qu’on appelle le dark web, qui n’est en fait qu’un terme désignant toutes les pages qui sont volontairement non indexées en raison de leur contenu souvent illégal mais pas seulement.

Les utilisateurs des darknets qui souhaitent accéder au dark web ne sont pas issus uniquement du grands banditisme ou de cartels de la drogue. Y accèdent aussi des hackers, des journalistes souhaitant contourner la censure dans leur pays, des lanceurs d’alertes, etc. Mais la majeure partie des utilisateurs sont des anonymes qui viennent chercher des produits illégaux, de la drogues aux armes en passant par les contrefaçons, les numéros de cartes bleues. Et énormément de consommateurs de pédopornographie, l’aspect le plus obscur de cette partie du deep web.

Pour entrer dans les darknets, il faut passer par un logiciel. Il en existe une multitude, mais le plus utilisé est TOR. The oignon router. Le logiciel est téléchargeable gratuitement sur internet et permet, comme tous les logiciels du genre, de garder l’anonymat lorsqu’on partage des fichiers ou qu’on navigue sur internet. Le principe est de faire voyager nos données entre différents fournisseurs d’accès (nœuds), aléatoirement, pour rendre tout traçage impossible. Dans une certaine mesure, puisque les données circulent en clair à la sortie du dernier nœud.

L’utilisation d’un darknet est donc à réaliser avec certaines précautions préalables pour ne pas permettre les intrusions de hackers malveillants. L’utilisation d’un PC uniquement pour la navigation anonyme est même recommandée par les utilisateurs expérimentés.

Sources et ressources complémentaires

Biblio

« Understanding the deep web in 10 minutes », Steve Pederson : http://bit.ly/1SEavD6

« La théorie du darknet », Philippe Davadie : http://bit.ly/1L70hF2

Web

« Darknet, le côté obscur du web », Envoyé spécial : http://bit.ly/1klrDlO

La kit de survie numérique de Reporters sans frontières : http://bit.ly/1jzLhZ0

Les conseils d’Edward Snowden pour contourner la censure, The Intercept : http://bit.ly/1iR2vSo

Films et séries

Citizenfour, Laura Poitras

Mr Robot, Sam Esmail

Hacker, Michael Mann

We Are Legion : The Story of the Hacktivists, Brian Knappenberger

Hacking Democracy, Simon Ardizzone, Russell Michaels

The Hacker Wars,Vivien Lesnik Weisman

Téléchargement

DARKWEB

Laisser un commentaire