Google Home et Amazon Echo : un danger pour notre vie privée ?

Donner la météo, régler le chauffage, éteindre la lumière, réserver un taxi, diffuser une musique ou répondre à une question sont autant de requêtes que l’usager peut faire grâce à un simple « Echo » ou « Ok Google ». Placé au cœur de la vie du foyer, l’assistant intelligent peut se révéler être une menace pour la vie privée.

Cette enceinte n’est pas encore commercialisée en France.

Lire la suite

Samsung lancera son enceinte connectée « Bixby » en 2018

Samsung devrait lancer sa propre enceinte connectée l’année prochaine. Elle devrait intégrer la technologie Bixby, l’assitant vocal de la marque.

Image d'illustration Samsung

Image d’illustration Samsung

Une nouvelle enceinte connectée devrait bientôt faire son apparition sur les rayons, aux côtés des Google Home, Amazon Echo et HomePod. Assez tôt pour atterrir au pied du sapin ? Pas vraiment si l’on en croit Bloomberg Technology qui a annoncé jeudi que Samsung lancera son enceinte connectée au cours de la première moitié de l’année 2018.

L’appareil devrait fonctionner grâce à l’assistant vocal Bixby conçu par la marque et déjà déployé sur les smartphones Galaxy S8 et S8+. Une aubaine pour les habitués des produits Samsung dont les télévisions, réfrigérateurs, fours et aspirateurs connectés ont déjà intégré les foyers. L’entreprise coréenne a en effet racheté en 2014 la plateforme de la start-up SmartThings, qui permet de contrôler à distance sa maison connectée grâce à un smartphone. Aucune information fiable concernant le design de l’objet n’est disponible pour l’instant, quoique certains supposent qu’il sera, lui aussi, sans écran. Les utilisateurs français devront toutefois faire preuve de patience car, pour l’heure, Bixby prend plus de temps que prévu pour apprendre le français. L’assistant vocal est néanmoins déjà disponible en anglais et en coréen.

La sortie de cette nouvelle enceinte connectée relance le débat de la protection de la vie privée, comme en témoigne le guide destiné aux utilisateurs et publié par la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) au début du mois de décembre. L’autorité rappelle ainsi que « en veille permanente, ces assistants sont susceptibles d’enregistrer vos conversations, y compris celles de tiers lorsqu’ils ont reconnu le mot clé [permettant l’activation de la reconnaissance vocale sur l’appareil] ».