Systèmes d’exploitation Google : après Android et Google Chrome OS, bientôt Fuchsia OS

Capture d’écran de l’interface du futur système d’exploitation de Google, Fuchsia OS.

Conçu pour être utilisé sur plusieurs appareils, le prochain système d’exploitation de Google reste un mystère qui sans doute réservera de nombreuses surprises.

Le géant de la technologie communique très peu sur sa future sortie. Il atteste tout de même que Fuchsia OS ne fera pas disparaître Chrome OS et Android, qui ont eu un grand succès sur différents supports.

Plus de Linux

Depuis mai 2016, des informations font état de la mise au point d’un nouveau système d’exploitation par Google. Troisième du genre, après Google Chrome OS et Android, Fuchsia OS, lui, n’est pas développé sur le noyau Linux, comme le sont les deux premiers. Le concepteur a opté cette fois pour un noyau fait maison, baptisé Magenta.

Selon certaines sources, le nouveau système d’exploitation, pensé pour des  appareils modernes, n’intègre ni Java, ni GPL ; mais utilise le langage graphique Material Design. Aussi, un outil nommé Flutter permet la conception d’applications capable de s’adapter à Android et iOS.

Il est déjà possible de voir l’interface utilisateur de Fuchsia OS. Elle allie simplicité et fluidité.

Fuchsia supportera Swift

Des informations récemment révélées par des employés de Google mentionnent que de plusieurs ingénieurs travaillent présentement sur Swift, dans l’optique que Fuchsia OS puisse supporter un maximum de langages de programmation, parmi lesquels Swift. Ce dernier est utilisé pour le codage des applications sur macOS, iOS, watchOS et tvOS. Cela signifierait que le nouveau système d’exploitation soit ouvert au type d’applications développées par Apple.

Pour l’heure, même si tout n’est pas encore connu à propos de toutes les potentialités et de la date de sortie de Fuchsia OS, tout laisse à croire que le futur système d’exploitation cassera les codes. Déjà, avec ses nombreuses ouvertures aux différents langages de programmation, il laisse le champ libre aux développeurs et permet plus de partage entre des systèmes qui, longtemps, ont été fermés chacun des leurs côtés.

 

Vers un âge d’or de l’open source ?

Début novembre, Google a décidé de mettre en open source son tout nouveau logiciel d’apprentissage des machines. Cette technologie de pointe appeler machine learning en anglais a pour but de rendre plus autonome l’informatique en permettant aux machines d’apprendre d’elles-mêmes.

Le 10 décembre, c’était au tour de Facebook de livrer les secrets de fabrications de ses projets liés à l’intelligence artificielle sur son serveur Big Sur. Le lendemain, Elon Musk, patron de Tesla Motors et figure incontournable de la Silicon Valley, annonçait la création de OpenIA. Une fondation qui a pour but de développer les technologies liées à l’intelligence artificielle en les rendant disponible à tous, c’est-à-dire en open source.

Getty Images

Getty Images

Après des décennies d’hégémonie de logiciels prioritaires, les géants du web se tournent désormais vers l’open source. Assiste-t-on à son âge d’or ?

Lire la suite

YouTube : le « jouet » de Google

7749081576_f0a484088e_o

Crédit photo : Jurgen Appelo / Flickr

Intrusives, agressives, perturbantes et omniprésentes… Les qualificatifs ne manquent pas pour désigner les publicités sur Internet. Google profite de sa puissance pour les attirer et les distribuer partout sur le web. Le plus célèbre des moteurs de recherche est sûr de sa force. Le propriétaire entre autres de YouTube est prêt à tout pour écraser le marché, même à diviser les internautes. Lire la suite

Couper Google en deux

Google reste le moteur de recherche de référence mondiale. Crédit photo : Photozou

Google reste le moteur de recherche de référence mondiale.
Crédit photo : Photozou

Google est bel et bien dans le viseur des instances européennes. Le Parlement européen vient d’adopter une motion qui propose de séparer le géant américain en deux. Une entité pour son service de recherche, et, une deuxième, pour toutes ses autres activités commerciales.

Lire la suite

Search Box : l’ultime provocation de la menace Google ?

Si Google constitue un formidable outil de référencement et d’indexation sur internet – en situation de quasi-monopole en Europe –, le mastodonte américain apparaît également, plus que jamais, telle une redoutable menace pour les éditeurs web et plus particulièrement les éditeurs de presse. Le partenariat d’hier semble avoir définitivement laissé sa place à une véritable concurrence, à tel point qu’un groupement anti-trust d’éditeurs européens – nommé « Open Internet Project » (OIP) – s’est constitué il y a quelques mois pour militer contre certaines pratiques du géant américain.

« Dernière perfidie en date ? » L’arrivée de la « Search Box ». Lire la suite

Google pourra désormais penser et écrire à notre place

google-searchAprès les Google Glass, Google ne compte pas s’arrêter là. Le géant vient en effet de breveter une intelligence artificielle qui écrit des messages et pense à la place de l’utilisateur en s’adaptant à sa psychologie. Comment ? Grâce à toutes les données qu’il récupère sur internet…

 

Google sait tout sur tout le monde. C’est donc sans grande surprise que l’on apprend le brevet de Google, déposé en 2011 et récemment publié sur la création d’une intelligence artificielle qui pourrait agir et penser à notre place. Avec ce système, plus besoin de passer du temps à répondre à ses e-mails ou publier sur les réseaux sociaux. Google proposera des réponses toutes faites, et l’utilisateur n’aura plus qu’à valider sa proposition. Nous n’aurons même plus à réfléchir à une réponse ou se creuser la tête pour la rédiger. Encore mieux, si nous modifions une réponse automatique proposée par Google, ce dernier prendra ce changement en compte afin de s’adapter au mieux à nos attentes.

Lire la suite