Aux Etats-Unis, le téléchargement illégal en voie de disparition

La fin d’une époque. L’offre légale de biens culturels représente désormais aux USA plus de 70% du trafic lié aux téléchargements de ces services. C’est le résultat d’une étude publiée le 7 décembre dernier par une entreprise américaine spécialisée dans les communications, Sandvine.

Capture d'écran du site Netflix

Capture d’écran du site Netflix

Netflix champion

Le temps des Napster, E-Mule ou Bittorrent semble bien révolu. Les services de streaming légaux emportent la plus grande part du trafic aux Etats-Unis, avec un pourcentage de près de 70%, pour les flux audio et vidéo combinés. L’édition 2010 de ce même rapport chiffrait alors à 35 %. Outre cette progression spectaculaire qui marque un tournant dans la consommation de bien culturels sur internet, Sandvine dégage un acteur majeur, leader de ce mouvement : le géant Netflix.

Plateforme créée sur les collines de la Silicon valley en 1997, cette entreprise en ligne est à elle seule responsable de 37% du trafic total. L’expression « Netflix and chill ? » rendue célèbre sur internet prend ici son sens. Lancé en septembre 2014 en France, où il trouve peu à peu son public à mesure que son catalogue s’étoffe, le cador du streaming est, Outre-Atlantique, solidement ancré dans les mœurs en ligne.

Les autres acteurs de ce changement sont aussi bien connus des internautes. Youtube affiche une performance à 18%, quand Amazon progresse pour atteindre 5%. Ces chiffres déséquilibrés montrent bien les habitudes de consommation en ligne : le grand public préfère désormais passer plus de temps sur des sites streaming de qualité et éluder toute expérience désagréable.

Bittorent en roue libre

Un constat positif pour les grandes firmes culturelles, qui s’accompagne d’un revers de taille pour les têtes de gondoles du peer-to-peer. Bittorent, l’un des clients torrent les plus utilisés, voit cette année son trafic chuter à 5%. À titre de comparaison, il était de 31 % en 2008.

Capture d'écran du Logiciel Bittorent

Capture d’écran du Logiciel Bittorent

Dans un entretien au site Motherboard, le pirate-militant Peter Sunde, co-fondateur du site The Pirate Bay, se disait pessimiste quant à l’avenir de sa propre vision de l’utilisation d’internet dans les années à venir. « Internet est merdique maintenant. Quelque chose s’est brisé. Peut-être que quelque chose n’allait pas dès le départ, mais maintenant c’est pire que tout. (…) Nous avons déjà perdu. ».

Opposant virulent à l’industrie du divertissement, Sunde vient de purger 5 ans de prison aux Etats-Unis, peine liée à ses activités illégales sur la toile. Bien que ce dernier ait pu tenir un discours pessimiste lors de cette rencontre, il a encore fait parler de lui le 27 décembre dernier. Kopimashin, sa nouvelle invention, propose de copier une piste mp3 plus de 1000 fois en quelques secondes. Un nouveau pied de nez à l’industrie musicale, que Sunde voit comme un moyen de dénoncer des pratiques qu’il juge déloyales.

SFR : un blason redoré avec la 4G ?

Depuis le Freenami, [NDLR, néologisme qui fait référence au tsunami lié à l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie] SFR a connu un début d’année difficile. Son activité s’est affaiblie dès les premiers mois. Selon la rédaction du site d’informations sur les télécommunications « DEGROUPNEWS », la filiale Vivendi affiche une baisse de 0.9% de chiffre d’affaires sur un an. Par la même occasion elle dévoile le chiffre important de 620 000 qui correspond à la perte totale de clients. Mais pour maintenir un cap concurrentiel, l’opérateur mobile en mauvaise passe n’a pas dit son dernier mot. SFR compte bien jouer une de ces cartes joker : la 4G. Alors, succès ou annonce d’un échec ?

Lire la suite