Le Canard Enchaîné contre Mediapart : le bras de fer

Le canard Enchaîné médiapartSi la part du lectorat des abonnés numériques n’a pas encore dépassé celle des abonnés papiers, la majorité des lecteurs en France se concentrent sur internet, et bien souvent, ils ont recours à des applications mobiles pour accéder à l’information. Pourtant, les sites internet dits pure-players dont le statut de « périodique de presse » est reconnu depuis 2009, étaient jusqu’en février taxés à hauteur de 19,6 %. Un débat sur la taxation de la presse numérique remis au goût du jour suite à la publication, début octobre d’un article du Canard Enchaîné intitulé « L’Elysée n’a pas pu bloquer un redressement pour Mediapart ».

Dans les colonnes du palmipède, Hervé Martin fait référence à l’amitié ancienne portée par Edwy Plenel au chef de l’Etat (contestée par le principal intéressé), avec qui il avait collaboré sur Devoirs de vérité en 2006. Il évoque ensuite les pressions insistantes de l’Elysée pour passer l’éponge sur les dettes fiscales de Mediapart. Mais l’objet de ces querelles ne date pas d’hier. Depuis quatre ans, Bercy en veut à Mediapart, et lui reproche de s’être octroyé une taxe de 2,1 %, initialement réservée à la presse papier, au lieu des 19,6 % alors en vigueur. Lire la suite

Le journalisme d’investigation en ligne se cherche encore

Avec ses codes et ses caractéristiques propres, le journalisme d’investigation – Saint Graal pour la majorité des journalistes – n’arrive toujours pas à s’imposer sur le web. Prioritairement pour des raisons d’incompatibilité.

Internet est dorénavant un outil indispensable pour le journaliste d'investigation. Mais le tri des informations est fastidieux.

Internet est dorénavant un outil indispensable pour le journaliste d’investigation. Mais le tri des informations est fastidieux.

Bob Woodward et Carl Bernstein, figures emblématiques du Washington Post qui révélèrent le scandale des écoutes du Watergate et provoquèrent la démission du Président Nixon, ont depuis longtemps raccroché leurs cravates. Mais le travail qu’ils ont fourni dans cette enquête reste encore l’un des modèles du journalisme d’investigation. Aujourd’hui, certains pourraient citer les affaires française d’Elf, Clearstream, Karachi ou plus récemment les fadettes du Monde. Car à n’en pas douter, presque tous les journalistes rêvent, ou ont rêvé, de devenir ceux qui feront éclater une affaire d’Etat. Mais l’investigation a mal vécu la naissance et le développement de l’information sur internet, alors que ce moyen tend à devenir prioritaire.

Lire la suite