City of Heroes, la mort du phénix

Dans les rues de Paragon City, les drapeaux sont baissés. Les super-héros ont déserté l’espace aérien, les super-vilains étouffent leurs larmes sous leurs capes. Ce soir, vendredi 30 novembre 2012 à 20h (11:59:59PM à l’heure du pacifique), le MMO City of Heroes clôt définitivement l’intégralité de ses serveurs après huit ans de bons et loyaux services. Retour sur une belle aventure.

Développé par le studio NCSOFT (Aion, Guild Wars, Linestar…), le MMO proposait un immense monde ouvert en 3D dans lequel s’affrontaient super-héros et super-vilains. Parmi les nombreux points forts : une personnalisation quasi-infinie des personnages, un background aux petits oignons, un très grand choix de styles de combat, plusieurs centaines (milliers ?) de quêtes et des effets visuels très réussis. Depuis avril 2004 et à raison d’une mise à jour bi-mensuelle environ, le jeu avait pris le temps de s’enrichir et d’acquérir une profondeur rarement égalée.

Le déclin d’un super-monde

Cette décision vient clore une année bien difficile pour City of Heroes. Depuis le 30 mars dernier, les développeurs avaient annoncé l’arrêt des traductions françaises et allemandes pour les prochaines mises à jour. Avaient suivies la fermeture des sites officiels francophones et germanophones, ainsi que l’uniformisation des textes en anglais sur les serveurs Vigilance (FR) et Zukunft (DE). Ce choix des développeurs de recentrer leur communauté autour des serveurs américains pour sauver les meubles avait provoqué la colère des joueurs européens, en particuliers les fidèles qui suivaient l’aventure depuis début 2005, date de la sortie du jeu en France.

En définitive, la fermeture du jeu fut la suite logique de l’aventure en ces temps de concurrence toujours plus rude sur le marché des MMO. Fin septembre 2011, le jeu arrêtait sa formule d’abonnements pour passer à un mode free-to-play (comme l’a fait Aion quelques mois plus tard), cette nouvelle formule plus attractive sur le papier n’a toutefois pas suffit à sauver City of Heroes d’une noyade prévisible.

City of Heroes Freedom trailer

La flamme aura brillé jusqu’au bout

Contrairement à ses cousins Aion ou Guild Wars qui proposent des univers à base d’Heroic Fantasy, City of Heroes s’inspirait des supers héros tout droit sortis des comics Marvel. Une culture très américaine qui n’a jamais vraiment réussi à fédérer une grande communauté de fans au delà des USA. Les deux ou trois autres jeux qui s’inspiraient du même univers ne sont jamais arrivés à la cheville de City of Heroes, qui n’a cessé de proposer de nouvelles innovations, y compris quelques mois avant sa fermeture.

Depuis mardi dernier, la page facebook du jeu affiche une nouvelle bannière : une femme au milieu des flammes, telle Jean Grey renaissant de ses cendres. Cette fois ci, le phénix ne se relèvera pas. Bye bye Paragon City, tes héros te regretteront.

Plus d’infos sur City of Heroes :
https://www.facebook.com/CityofHeroes/
http://coh.jeuxonline.info/
http://na.cityofheroes.com/en/

Les joueurs de MMORPG soumis au couvre-feu

no-mmorpgCherchant à endiguer le problème d’addiction aux jeux vidéo de sa jeune génération, le gouvernement sud-coréen décidait l’année dernière d’un couvre-feu sur les MMORPG pour PC. Il demande à présent aux fabricants de consoles de prendre le même chemin. Pour empêcher les jeunes joueurs de se connecter la nuit, Sony et Microsoft annoncent des mesures pour le moins drastiques. Lire la suite