Aux Etats-Unis, le téléchargement illégal en voie de disparition

La fin d’une époque. L’offre légale de biens culturels représente désormais aux USA plus de 70% du trafic lié aux téléchargements de ces services. C’est le résultat d’une étude publiée le 7 décembre dernier par une entreprise américaine spécialisée dans les communications, Sandvine.

Capture d'écran du site Netflix

Capture d’écran du site Netflix

Netflix champion

Le temps des Napster, E-Mule ou Bittorrent semble bien révolu. Les services de streaming légaux emportent la plus grande part du trafic aux Etats-Unis, avec un pourcentage de près de 70%, pour les flux audio et vidéo combinés. L’édition 2010 de ce même rapport chiffrait alors à 35 %. Outre cette progression spectaculaire qui marque un tournant dans la consommation de bien culturels sur internet, Sandvine dégage un acteur majeur, leader de ce mouvement : le géant Netflix.

Plateforme créée sur les collines de la Silicon valley en 1997, cette entreprise en ligne est à elle seule responsable de 37% du trafic total. L’expression « Netflix and chill ? » rendue célèbre sur internet prend ici son sens. Lancé en septembre 2014 en France, où il trouve peu à peu son public à mesure que son catalogue s’étoffe, le cador du streaming est, Outre-Atlantique, solidement ancré dans les mœurs en ligne.

Les autres acteurs de ce changement sont aussi bien connus des internautes. Youtube affiche une performance à 18%, quand Amazon progresse pour atteindre 5%. Ces chiffres déséquilibrés montrent bien les habitudes de consommation en ligne : le grand public préfère désormais passer plus de temps sur des sites streaming de qualité et éluder toute expérience désagréable.

Bittorent en roue libre

Un constat positif pour les grandes firmes culturelles, qui s’accompagne d’un revers de taille pour les têtes de gondoles du peer-to-peer. Bittorent, l’un des clients torrent les plus utilisés, voit cette année son trafic chuter à 5%. À titre de comparaison, il était de 31 % en 2008.

Capture d'écran du Logiciel Bittorent

Capture d’écran du Logiciel Bittorent

Dans un entretien au site Motherboard, le pirate-militant Peter Sunde, co-fondateur du site The Pirate Bay, se disait pessimiste quant à l’avenir de sa propre vision de l’utilisation d’internet dans les années à venir. « Internet est merdique maintenant. Quelque chose s’est brisé. Peut-être que quelque chose n’allait pas dès le départ, mais maintenant c’est pire que tout. (…) Nous avons déjà perdu. ».

Opposant virulent à l’industrie du divertissement, Sunde vient de purger 5 ans de prison aux Etats-Unis, peine liée à ses activités illégales sur la toile. Bien que ce dernier ait pu tenir un discours pessimiste lors de cette rencontre, il a encore fait parler de lui le 27 décembre dernier. Kopimashin, sa nouvelle invention, propose de copier une piste mp3 plus de 1000 fois en quelques secondes. Un nouveau pied de nez à l’industrie musicale, que Sunde voit comme un moyen de dénoncer des pratiques qu’il juge déloyales.

Piratage de Sony: faut-il se poser la question de l’éthique journalistique?

C’est l’affaire dont tout le monde parle. Rarement un piratage n’avait été aussi médiatisé et l’affaire ne fait qu’escalader depuis fin 2014. Plusieurs raisons : l’envergure de l’attaque, l’aspect et le poids de la politique dans l’attaque mais aussi le côté légèrement curieux voire voyeuriste de chacun d’en savoir un tout petit peu plus sur les dessous du monde secret d’Hollywood. Mais qu’en est-il du traitement médiatique de l’affaire, qu’en est-il de l’éthique journalistique?

Lire la suite

Après le Fappening, le Snappening

snapchat-bratVous aviez apprécié les photos piratées de vos starlettes préférées dans le plus simple appareil ? Et bien sachez que si vous utilisez Snapchat, vous êtes peut-être sur le point de savoir ce qu’elles ont ressenti. En effet, un peu plus d’un mois après le piratage massif de l’Icloud, ce seraient plus de 13 gigaoctets de photos et vidéos envoyés via l’application au fantôme qui auraient été détourné par un groupe de hackers.
Lire la suite

Piratage : Isohunt.com baisse le rideau

Vendredi 18 octobre, le canadien et fondateur d’Isohunt.com Gary Fung a été condamné à reverser 110 millions de dollars à l’association interprofessionnelle des studios de cinéma hollywoodiens, la Motion Picture Association of America (MPAA), ainsi qu’à la fermeture de son site de torrents.

Un site de partage très fréquenté

Le site de partage de fichiers, confronté en justice aux studios hollywoodiens depuis 2006  a été condamné pour « incitation à la violation de droits d’auteurs ». Films, albums, séries, Isohunt permettait aux internautes de télécharger tous les contenus protégés par le copyright mais disponibles sur le net. Avec plus de 50 millions d’usagers actifs et des dizaines de milliers d’échanges et téléchargements quotidiens, la MPAA vient de faire tomber l’un des sites de piratage les plus consultés au monde. Après sept ans de combat judiciaire, le fondateur se dit touché par les témoignages bienveillants des utilisateurs d’Isohunt, « C’est triste de laisser mon bébé partir. Mais j’ai mené un combat juste, j’ai fini la course, et je suis resté fidèle » a-t-il déclaré, comme le rapporte LeMonde.fr.

final isohunt

Capture d’écran du site Isohunt la veille de sa fermeture officielle

Lire la suite