Twitter : l’oiseau bat des ailes

La rumeur enfle en ce début d’année 2016. Annoncé par son PDG Jack Dorsey, Twitter pourrait mettre fin à la limite si emblématique des 140 caractères. Le site de micro-blogging serait en passe de vivre son plus grand changement depuis sa création en 2006.

Crédit photo : Compte Twitter @support

Crédit photo : Compte Twitter @support

Lire la suite

Brain It !

En passant

Lancé en Septembre 2014,la plateforme Braineet a été créée par Jonathan Livescault, Alban Margain et Pierre Gourlaouen, des entrepreneurs français ayant décidé de lancer un grand coup d’innovation dans le domaine de l’interaction entre les clients et les marques d’utilisation quotidiennes par un outil permettant le partage d’idées entre internautes et prônant l’amélioration direct des produits ainsi évalués.Le tout premier réseau social de partage avec vos marques fétiches !

Lancé en Septembre 2014,la plateforme Braineet a été créée par Jonathan Livescault, Alban Margain et Pierre Gourlaouen, des entrepreneurs français ayant décidé de lancer un grand coup d’innovation dans le domaine de l’interaction entre les clients et les marques d’utilisation quotidiennes par un outil permettant le partage d’idées entre internautes et prônant l’amélioration direct des produits ainsi évalués.

« BRAINEET » Un concept unique ?

Bien que l’on pourrait penser à première vu à une plateforme ordinaire d’évaluation comme l’ont lancé Ebay,Priceminister ou encore Apple par un système d’évaluation de produits basique via la publication facultative d’avis sur leurs « store » , le concept va bien au-delà de la simple notation. Explications.
Concrètement, Braineet est une plateforme en ligne qui laisse la liberté pour les  consommateurs d’avancer des idées qui vont permettre d’améliorer les marques qu’ils utilisent de façon quotidienne et qu’ils préfèrent donc innover par cet intermédiaire. Ces consommateurs ne sont plus que spectateurs des grandes campagnes publicitaires dans lesquelles nous sommes habituées du matin au soir mais ils deviennent également acteurs et définissent de manière plus tangible leurs besoins envers leurs marques fétiches.

Une communauté client est mise en place permettant l’échange pratiques d’idées et de suggestions directs avec les marques. Tout est bon pour insérer le client dans l’univers du « branding » et de l’interaction. Ce dernier peut en effet être récompensé pour ces idées novatrices ce qui constitue outre l’aspect d’un phénomène de double-notation évident, la fidélisation des consommateurs.

Ainsi, par ce moyen d’interactions amenant  tous les parties à se faire entendre, les stratégies commerciales/marketing  de base peuvent être également maintenues.

Une plateforme familiere et intuitive

L’ergonomie de Braineet n’est pas sans rappeler celle de grands leaders dans le domaine comme par exemple Twitter.
En effet, les « brainees » qui sont en réalité les messages sont eux aussi limités.
Le consommateur aura alors à sa disposition 140 caractères pour proposer ses améliorations suivi du nom de la marque qu’il souhaite modifier.
Toutes les suggestions doivent commencer par « Et si… »

Cette plateforme est aussi rendu familière par la présence d’un timeline qui n’est pas sans rappeler Facebook et qui à l’identique regroupe tous les messages.
Comme Facebook, les brainees peuvent être likés, commentés et les utilisateurs comme les marques peuvent êtres suivis.  La familiarité de cette plateforme ne s’en limite pas qu’au reflet des réseaux sociaux comme Twitter et Facebook mais aussi à celui de Ask avec la présence de question direct au consommateur qui dans le contexte demande clairement des idées de slogan pour une marque en particulier, des questions d’ordre techniques et bien d’autre dans une visée toujours innovatrice.  Ce phénomène est un « challenge » qui récompense les consommateurs pour leurs idées en offrant des cadeaux.
On peut ainsi se faire à l’idée que Braineet recense toutes les idées les plus pratiques des leaders des réseaux sociaux et en fait une plateforme à l’ergonomie très intuitive et très originale.

Braineet-interface

Un avenir plus que promoteur !

L’ambition des trois fondateurs et promoteurs  s’est ressentis dans les feedbacks propre à l’utilisation de leurs plateforme car depuis le lancement de  Braineet plus d’une cinquantaine de marque est recensée avec parmi elles des enseignes de renom comme Orange ou encore Nespresso

Pour ce qui est des utilisateurs, environ 5000 partages leurs idées.

« Après une phase de 6 mois dédiée au POC (Proof Of Concept), place à l’accélération : Braineet revendique 64 marques françaises et internationales, et ses marques dialoguent avec plusieurs milliers d’innovateurs dans le monde. Ces derniers ont déjà partagé plus de 5000 idées innovantes, dont une qui se détache nettement des autres avec plusieurs centaines d’interactions portant sur la question du Wifi dans les trains. »
-Tiré d’un article de  Maddyness (mai 2015)

Ainsi, la stratégie et l’étude réfléchie de leur projet en fait toute leurs forces. En effet, avant même de sortir une version beta l’équipe avait déjà contacté un grand nombre de grandes enseignes faisant par la même la promotion de leur idée novatrice. C’est cet aspect que ne manquera pas de souligner  Jonathan Livescault préférant donc  mettre le succès sous le nom d’un fort travail d’équipe « Constituer une équipe fiable, ambitieuse et qui travaille très bien ensemble est un facteur clé de succès. L’inverse est surtout le premier facteur clé d’échec » tiré de la conférence Leweb 2014 consultable dans la vidéo  ci-dessous :

Alors, Braineet peut être critiqué pour le fait qu’elle tire profit des idées des utilisateurs et leurs laissent en quelque sorte faire tout le travail mais d’un autre côté le système de récompense proposé par les marques via le phénomène « challenge »et le fait de satisfaire le consommateur le plus possible tout en le laissant le pus libre d’interaction qu’il soit permet de pallier cette limite d’ordre moral. Au niveau technique  Braineet fonctionne sur ordinateur et aussi sur mobile avec la mise en place d’applications pour iOs et Android.

Avec ça, on ne peut qu’être convaincu de Braineet…Can you dig it ?

Raphaël A.FAIVRE

Les drag queens gagnent leur combat contre Facebook

Jusqu’à présent, les profils crées sur le réseau social se devaient d’être « vrais » en se basant sur l’identité réelle de l’utilisateur. Après avoir lancé une énième pétition en ligne, la communauté drag queens a obtenu du géant américain Facebook une réforme de sa politique contre le pseudonymat.

Crédit photo :

Crédit photo : pétition en ligne

Lire la suite

L’Equipe.fr, un site en constante évolution

Le site Internet de L’Equipe fêtera ses 16 ans cet été, durant le Championnat d’Europe de football qui se tiendra en France. Il avait d’ailleurs été lancé à l’occasion de l’Euro 2000, au moment où la bulle Internet explosait. Cet anniversaire est l’occasion de revenir sur les différentes versions de L’Equipe.fr, et de montrer sa progression. L’objectif est ici d’étudier l’interface du site, et ses différentes significations. Les photos accompagnant cet article permettent d’observer les nombreuses informations mentionnées.

V1 2000/2001

Lire la suite

Spotify, maintenant gratuit pour les portables et les tablettes

Spotify

Spotify a convoqué les médias au siège de New York pour la présentation de la dernière nouveauté de sa plate-forme électronique de distribution de contenu musical. Désormais, les utilisateurs pourront accéder avec leurs portables et leurs tablettes au « streaming » gratuit, comme avec l’ordinateur de bureau dans lequel l’utilisation du logiciel était déjà non-payante. Précédemment, le repertoire de musiques dans un smartphone était seulement accessible aux abonnés premium (ceux de paiement).

La plate-forme a 24 millions d’utilisateurs dans plus de 30 pays. Un quart d’eux paie pour avoir plusieurs options et profiter pleinement de la musique. Les abonnés au service premium paient 9,95 euros par mois et ils peuvent accéder à tout un repertoire de chansons dans un portable mais ils peuvent aussi écouter de la musique sans publicité.

La différence entre les utilisateurs premium et les non-premium est le choix des chansons. Les clients qui paient continueront en faisant leur sélection personnelle, et ceux qui optent pour l’option gratuite écouteront des listes crées pour les contacts ou generées par Spotify et classées selon des styles musicaux. Daniel Ek, co-fondateur de l’entreprise, a dit que « faire de distinction entre des dispositifs n’a aucun sens. Les gens veulent écouter leur propre musique et l’expérience d’usage avec le portable doit être facile ».

Cependant, les affaires de la radio online ne vont pas très bien. 70% des revenus chez Spoty vont aux auteurs et discographiques -plus de 700 millions d’euros en cinq ans-. En 2012 l’entreprise a facturé 435 millions d’euros -le double que l’année précédente- mais elle a encore perdu 60 millions. Malgré cela, les investisseurs continuent en finançant sa croissance et des nouvelles initiatives pour concurrencer face a Google, Apple et Amazon, les géants du XXIe siècle.

Source:

http://tecnologia.elpais.com/tecnologia/2013/12/11/actualidad/1386768584_237122.html

Twitter en bourse : le risque de bulle financière


twitter
Jeudi 7 novembre, tous les regards sont tournés vers Wall Street et la Bourse de New York. Les mondes de la finance et des nouvelles technologies se rencontrent de nouveau. Le réseau social en vogue, Twitter, réalise son introduction en bourse pour lever des fonds auprès d’investisseurs. Le site de micro-blogging s’inscrit dans la lignée des Facebook, LinkedIn ou Yandex (portail de recherche russe) dans le mouvement à la mode de valorisation en bourse des pépites numériques. Mais quelques semaines après le début de l’aventure financière, Twitter suscite l’interrogation. L’engouement des premiers jours laisse place aux inquiétudes quant aux bénéfices du site, qui conduirait à une bulle financière.

Lire la suite

Réseaux sociaux en Asie : la chute du mur Facebook ?

TencentWeChatLaunchParty1

Grâce à un marché florissant, la Chine, le Japon et la Corée voient éclore une nouvelle génération de médias sociaux. Basées sur les smartphones, ces applications novatrices pourraient bien, à terme, faire trembler le célèbre réseau social de Mark Zuckerberg.

Lire la suite